Les initiations dans les universités inquiètent la ministre David

De gauche à droite: le recteur de l'UQTR,... (Sylvain Mayer)

Agrandir

De gauche à droite: le recteur de l'UQTR, Daniel McMahon, le président de l'AGÉUQTR, Alex Marchand et la ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David, rencontrera les associations étudiantes, dans quelques jours et profitera de cette occasion pour discuter avec elles de la question des initiations ou intégrations des nouveaux étudiants en début d'année.

«Je vais rencontrer aussi les directions d'universités qui sont dans le même état que moi», a-t-elle déclaré mardi, alors qu'elle répondait à une question à ce sujet dans le cadre de la toute première conférence Tribune libre organisée par l'Association générale des étudiants de l'UQTR qui l'avait invitée comme conférencière.

La ministre a été de toute évidence ébranlée en lisant un article de La Presse, samedi, au sujet des étudiantes en droit de l'Université de Montréal qui se sont senties «presque obligées» de se déshabiller pendant les récentes initiations de leur faculté.

«Je pensais qu'on était rendu ailleurs», a vivement déploré la ministre. «On est rendu ailleurs pour peut-être 95 % des situations», estime-t-elle, «mais le 5 %, je le prends très au sérieux. Je vais être partout où vous aurez besoin de moi pour discuter de ces choses-là», a-t-elle promis.

«Au moins les gens en parlent. Je suis en train de réfléchir à la meilleure façon de consulter tout le monde», indique-t-elle.

Mme David, qui était venue à l'UQTR, lundi, pour annoncer des investissements dans le budget d'immobilisations des universités québécoises, est demeurée à Trois-Rivières jusqu'à mardi avant-midi afin de pouvoir répondre à l'invitation de l'AGÉUQTR.

Elle a profité de sa journée de lundi pour visiter le campus trifluvien, notamment le laboratoire d'anatomie qui jouit d'une envieuse réputation au Québec.

Elle a aussi assisté à une simulation de complications d'un accouchement grâce aux mannequins SimMan du département des sciences infirmières.

La ministre a profité de son passage pour rappeler que les universités doivent s'adapter rapidement aux nouvelles façons d'enseigner et d'étudier, comme l'arrivée des CLOM (cours en ligne ouverts aux masses), les cours à distance et les stages.

À ce sujet, elle a rappelé que les stages doivent être faits «dans un contexte d'apprentissage» et non pour fournir de la main-d'oeuvre à bas prix.

La ministre indique qu'il est important de favoriser l'accès à l'enseignement supérieur, notamment pour les jeunes qui ont des besoins particuliers.

Lors de son passage au Cégep de Trois-Rivières, lundi, la ministre a appris que les étudiants ayant des besoins particuliers et qui se font accompagner peuvent réussir très bien leurs études comme n'importe quel autre étudiant.

Depuis 2007, on note un accroissement de 800 % des étudiants qui ont des besoins particuliers, signale Mme David.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer