Situation à l'UQTR: la ministre David mandate sa sous-ministre

La ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David, considère... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David, considère que le recteur actuel de l'UQTR, Daniel McMahon, prend les bons moyens pour mettre en place les recommandations contenues dans le rapport de la vérificatrice générale du Québec déposé en 2015.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) De passage à Trois-Rivières pour annoncer une enveloppe de 230 millions de dollars destinée aux établissements d'enseignement universitaire, la ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David, a indiqué qu'elle avait mandaté sa sous-ministre afin qu'elle assure un suivi des actions mises en place par la direction de l'Université du Québec à Trois-Rivières à la suite du rapport de la vérificatrice générale du Québec concernant la gestion de l'établissement d'enseignement.

Une rencontre aura lieu très prochainement étant donné que la sous-ministre devra déposer un rapport à la ministre au plus tard le 18 octobre prochain. Le recteur de l'UQTR, Daniel McMahon, a d'ailleurs confirmé lors de la conférence de presse de lundi qu'un rendez-vous avec la sous-ministre était prévu à son agenda.

Malgré la situation délicate dans laquelle se trouve l'université trifluvienne en raison des recommandations contenues dans le rapport déposé par la vérificatrice générale du Québec (VGQ) en mai 2015 et les sorties publiques sur la légitimité du conseil d'administration, la ministre David réitère sa confiance envers le recteur actuel et les membres du conseil d'administration.

«Nous avons récemment nommé quatre nouveaux membres au conseil d'administration. [...] M. McMahon a fait un travail exceptionnel, dont une consultation dont il parlait tout à l'heure avec au moins 800 recommandations et idées. Il a un plan d'action en 23 points pour répondre aux commentaires du VG. [...] On suit ça de très près», a-t-elle déclaré lors d'une mêlée de presse.

En ce qui a trait aux deux litiges qui opposent présentement l'UQTR et deux de ses anciens dirigeants, soit l'ancien directeur des équipements Alain Fournier et l'ancien vice-recteur aux ressources humaines Martin Gélinas, autant la ministre que le recteur n'ont voulu commenter ces dossiers étant donné qu'ils étaient toujours devant le Tribunal administratif du Travail. 

«Tout ce que je peux dire c'est qu'il y a des litiges devant les tribunaux et qu'on espère que les tribunaux pourront enfin remettre leur verdict. Qu'on les laisse travailler et on aura le verdict au moment venu», a indiqué le recteur.

Ce dernier tient d'ailleurs à préciser que la collaboration entre lui et le conseil d'administration est totale et que la mise en place du plan d'action va bon train. Il est donc confiant que la sous-ministre aura toutes les réponses à ses questions lorsqu'elle débarquera à Trois-Rivières.

«Si vous regardez le plan de redressement que nous avons adopté, les mesures que nous avons implantées et le dynamisme qu'il y a sur le campus, on en doit une grande partie aux membres du conseil d'administration, qui agissent en toute intégrité», a-t-il poursuivi.

Des infrastructures à entretenir

En ce qui a trait à la raison officielle de sa présence en sol trifluvien, Mme David a mentionné que 7,7 millions des 230 millions de dollars qui seront consacrés au maintien des actifs immobiliers, à l'ajout d'infrastructures, au renouvellement du parc mobilier, au soutien aux bibliothèques et à l'accès aux équipements des universités québécoises seront investis à l'UQTR. 

Concrètement, cette somme - qui comme l'ensemble des 230 millions $ était déjà comprise dans l'enveloppe budgétaire allouée aux universités pour 2015 et 2016 - devrait entre autres servir à renouveler des salles de classe, à aménager des bureaux de professeurs et à réparer des infrastructures routières sur le campus. 

«Ce qui est le plus urgent, ce sont les laboratoires. Il faut s'assurer qu'ils soient à la fine pointe puisqu'on développe pour le futur des professionnels et des gens de métier dans ces laboratoires-là», a mentionné le recteur.

Activités à connotation sexuelle lors d'initiations: la ministre très concernée

Les activités à connotation sexuelle lors d'initiations à l'Université du Québec en Outaouais ainsi qu'à l'Université de Montréal qui ont récemment été dénoncées, inquiètent au plus haut point la ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David.

Cette dernière s'est dite très préoccupée par la situation et a déploré que de telles pratiques soient toujours présentes dans les universités québécoises en 2016.

Elle a d'ailleurs parlé avec les dirigeants des facultés et des associations étudiantes concernées au cours du week-end.

«Comptez sur moi pour les accompagner et avoir le plus d'initiatives possibles pour que ce soit la dernière rentrée universitaire sous ce signe.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer