La ministre Hélène David réagit aux propos concernant l'UQTR

La ministre responsable de l'Enseignement supérieur, Hélène David.... (Le Droit)

Agrandir

La ministre responsable de l'Enseignement supérieur, Hélène David.

Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La ministre responsable de l'Enseignement supérieur, Hélène David, a tenu à réagir aux propos tenus par le député de Nicolet-Yamaska, Donald Martel, dans nos pages de jeudi, concernant son inquiétude face aux dossiers de l'ancien vice-recteur Martin Gélinas et de l'ancien directeur des équipements, Alain Fournier.

Le député Martel, rappelons-le, s'inquiète du fait que ces deux personnes subissent des audiences très coûteuses depuis des mois devant le Tribunal administratif du Travail. Il craint que cela crée un effet dissuasif sur les lanceurs d'alertes puisque M. Gélinas avait dénoncé des choses au Vérificateur général du Québec et à l'Unité permanente anticorruption concernant l'ancienne administration de l'Université et que M. Fournier avait lui aussi agité le drapeau rouge au sujet de certains contrats en lien avec le campus de Drummondville.

On se rappellera que l'UQTR nie qu'il existe un lien entre ces dénonciations et la mise à pied de ces deux personnes.

«M. Martel ne devrait pas commenter ce qui se passe justement, en ce moment, dans la situation du litige parce que quand on est en litige, on s'abstient de commenter ça», a fait valoir la ministre David.

La ministre affirme que les deux causes en question ne provoquent pas de dilapidation des fonds publics. «Il n'y a pas de frais juridiques énormes parce que ce sont les assurances de l'Université qui défraient l'entièreté des frais juridiques. Les honoraires sont payés par l'assureur. Ils ne sont pas payés par l'Université», dit-elle.

Pour ce qui est de l'inquiétude de M. Martel face aux lanceurs d'alerte, la ministre a tenu à s'abstenir de commenter la situation «qui, en ce moment, fait l'objet d'un litige. Je ferais un outrage au tribunal. Il n'est pas question que je parle de ça», dit-elle.

La ministre David a tenu à souligner les mérites de l'UQTR et de son nouveau recteur, Daniel McMahon. «Il a déjà réalisé un travail exceptionnel de consultation. Il a eu au moins 800 idées qui ont été émises (...) pour repartir, on pourrait dire, de bon pied. L'UQTR est une université qui a eu des développements extraordinaires», souligne-t-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer