Gilles Charland réclame 150 000 $ à Alain Fournier

L'ancien vice-recteur Gilles Charland.... (Olivier Croteau)

Agrandir

L'ancien vice-recteur Gilles Charland.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Gilles Charland, l'ancien vice-recteur de l'Université du Québec à Trois-Rivières, n'a pas aimé le témoignage devant la Commission des relations du travail (CRT) de l'ancien directeur des équipements de l'établissement, Alain Fournier. Il lui a récemment fait parvenir une mise en demeure pour lui réclamer 150 000 $ en dommages et intérêts.

Alain Fournier... (Sylvain Mayer Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Alain Fournier

Sylvain Mayer Le Nouvelliste

L'ancien vice-recteur affirme que le témoignage d'Alain Fournier lui a nui à plusieurs égards. Aujourd'hui travailleur autonome, Gilles Charland estime que les propos de l'ancien directeur des équipements de l'UQTR le placent dans une situation difficile devant ses clients.

«Dans le cadre de votre témoignage, et en dépit que vous étiez sous serment, vous avez tenu des propos que vous saviez faux et qui ne pouvaient que porter atteinte à la réputation de notre client. Vous n'étiez également pas sans savoir que [...] votre témoignage ferait l'objet d'une importante couverture médiatique», peut-on lire dans la mise en demeure dont Radio-Canada Mauricie a obtenu une copie.

Selon Gilles Charland, trois éléments rapportés par Alain Fournier devant la CRT étaient faux. Selon ce que rapporte Radio-Canada Mauricie, l'ancien vice-recteur affirme qu'il n'a jamais menacé de salir la réputation d'Alain Fournier si ce dernier ne signait pas une entente au moment de son congédiement en 2013.

De plus, Gilles Charland soutient qu'il n'a jamais tenté de corrompre Alain Fournier pour lui demander de se faire construire une bibliothèque personnelle avec les fonds de l'UQTR.

En terminant, l'ancien vice-recteur reproche à Alain Fournier d'avoir faussement rapporté que des hauts dirigeants de l'UQTR auraient participé à une rencontre avec des donateurs de la Fondation de l'Université afin de discuter de contrats en lien avec le projet de campus à Drummondville.

Gilles Charland réclame qu'Alain Fournier se rétracte et s'excuse dans un délai de sept jours, lequel est toutefois déjà expiré.

Rappelons qu'Alain Fournier affirmait, alors qu'avaient lieu les audiences de la CRT, qu'il avait été victime d'un congédiement abusif de la part de l'Université. Parallèlement, l'UQTR accusait Alain Fournier d'avoir mal géré certains fonds.

Par ailleurs, l'ancien directeur des équipements prétendait qu'il avait été victime de harcèlement psychologique de la part de la vice-rectrice à l'administration et aux finances, Johanne Giguère, ainsi que de Gilles Charland.

Le dépôt de cette mise en demeure survient deux semaines après le rejet par le conseil d'administration de l'UQTR de l'entente de principe survenue précédemment entre la direction de l'institution et Alain Fournier. Ce rejet signifiait le retour de cette cause devant la CRT.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer