Le CA de l'UQTR rejette l'entente de principe avec Alain Fournier

L'ancien directeur des équipements de l'UQTR, Alain Fournier.... (Olivier Croteau Le Nouvelliste)

Agrandir

L'ancien directeur des équipements de l'UQTR, Alain Fournier.

Olivier Croteau Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Revirement de situation à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Moins d'un mois après l'annonce de la conclusion d'une entente de principe pour mettre fin au litige entre la direction de l'Université et l'ancien directeur des équipements, Alain Fournier, voilà que le conseil d'administration de l'Université rejette finalement cette entente.

Cette décision a été prise mardi lors d'une rencontre extraordinaire du conseil d'administration. Ses membres ont alors décidé de rejeter l'entente de principe intervenue à la fin du mois d'avril avec Alain Fournier.

«Après avoir pris connaissance des différents éléments de ce dossier et avoir discuté de ses tenants et aboutissants, les administrateurs ont résolu de ne pas entériner cette proposition de règlement. Les parties concernées ont été informées de la décision du conseil d'administration», annonce dans un bref communiqué de presse Bertrand Barré, directeur du Service des communications de l'université trifluvienne.

«Ce faisant, les procédures et les auditions devant le Tribunal administratif du travail devraient reprendre ultérieurement.»

La direction de l'UQTR ne souhaitait pas mercredi émettre davantage de commentaires.

Rappelons que depuis l'arrivée en poste du nouveau recteur de l'UQTR, Daniel McMahon, il n'y avait eu qu'une seule journée d'audiences à la Commission des relations du travail (CRT) concernant cette cause, même si plusieurs journées en avril avaient été réservées. Alors que l'UQTR acceptait pour la première fois un processus de conciliation dans ce dossier, la CRT avait mis un terme aux audiences le 18 avril dernier.

Alain Fournier estimait, alors qu'avaient lieu les audiences de la CRT, avoir été victime d'un congédiement abusif. De son côté, l'UQTR accusait Alain Fournier, toujours alors que les audiences étaient en cours, d'avoir mal géré certains fonds.

De plus, l'ancien directeur des équipements de l'UQTR affirmait qu'il avait été victime d'harcèlement psychologique de la part de la vice-rectrice à l'administration et aux finances, Johanne Giguère, ainsi que de Gilles Charland, ancien vice-recteur. Lors de la suspension des audiences de la CRT, Mme Giguère devait justement entamer son contre-interrogatoire.

Cette suspension des audiences de la CRT n'a donc pas permis d'entendre tous les témoignages prévus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer