L'UQTR se cherche un nouveau secrétaire général

Me André Gabias est maintenant coordonnateur de l'ASGÉU.... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Me André Gabias est maintenant coordonnateur de l'ASGÉU.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'Université du Québec à Trois-Rivières est à la recherche d'un nouveau secrétaire général. C'est la quatrième fois que ce poste est affiché depuis deux ans.

Il est occupé par intérim depuis le 5 mai 2014, date à laquelle Me André Gabias avait signifié sa démission dans un contexte de tourmente qui sévissait alors à l'UQTR.

Me Gabias était secrétaire général depuis le 18 février 2008. Les choses avaient commencé à se gâter pour lui en 2013, au cours de la période trouble qu'a connue l'UQTR sous l'administration de l'ancienne rectrice Nadia Ghazzali.

À l'occasion des audiences de la cause de l'ancien directeur des équipements de l'UQTR, Alain Fournier, un des témoins, l'ancien vice-recteur à l'administration et aux finances, Cléo Marchand, a raconté au tribunal qu'il était de notoriété publique que le courant ne passait pas entre la nouvelle administration Ghazzali et Me Gabias.

Selon lui, le secrétaire général «était sur un fil de fer» et dès l'entrée en poste des nouveaux administrateurs, en 2013, «ses jours étaient comptés».

La direction faisait affaires avec des firmes d'avocats extérieures plutôt que de s'en référer à son secrétaire à qui l'administration a finalement même retiré l'importante fonction de responsable de l'observation des règles contractuelles (RORC).

Me Gabias a lui aussi eu l'occasion de témoigner, durant les audiences de la CRT et reviendra témoigner sous peu.

Il avait indiqué au tribunal administratif qu'on l'avait carrément contourné dans le cadre des tractations entourant le futur campus de l'UQTR à Drummondville. «J'ai eu les jambes sciées», a-t-il alors témoigné.

Un rapport de la vérificatrice générale du Québec daté de mai 2015 a d'ailleurs blâmé l'UQTR dans la gestion de ce dossier et souligné des manquements aux saines pratiques de gestion.

Le rapport indiquait en effet que l'administration de l'UQTR avait «fractionné ses besoins en accordant simultanément à la même firme six contrats de gré à gré totalisant 266 000 $». La VGQ indiquait aussi que l'UQTR avait alors «pris le risque de payer 1,3 million $ pour des plans et devis» en accordant des contrats sans avoir obtenu les autorisations gouvernementales nécessaires.

Me Gabias, qui oeuvre maintenant à titre de conseiller en éthique et gouvernance à son compte, a récemment fait l'objet d'une motion de confiance peu ordinaire de la part de ses pairs puisqu'il vient d'être nommé coordonnateur de l'Association des secrétaires généraux des établissements universitaires (ASGÉU).

«Tout naturellement, certains collègues ont suggéré André Gabias», indique Alexandre Chabot, président de l'ASGÉU et secrétaire général de l'Université de Montréal. Le choix s'est porté sur l'ancien secrétaire général de l'UQTR à cause de «son expérience, le fait qu'il connaisse ses dossiers. Il a une excellente plume. Il connaît bien les enjeux de gouvernance touchant les universités. On était très heureux de pouvoir compter sur lui. Ça a fait consensus au sein de l'Association», dit-il.

L'UQTR a affiché le poste de secrétaire général pour la première fois le 22 septembre 2014, puis à nouveau, le 8 décembre 2014 ainsi qu'à une troisième reprise, le 23 mars 2015.

Ce dernier processus de sélection a toutefois été suspendu lorsque le ministre de l'Enseignement supérieur a demandé la démission de la rectrice Ghazzali et lorsque le président du conseil d'administration, Yves Tousignant, a lui aussi démissionné à la suite du rapport accablant de la Vérificatrice générale du Québec, car ils étaient tous deux membres du comité de sélection du futur secrétaire général.

Le nouveau comité de sélection, pour ce quatrième affichage, est composé du recteur Daniel McMahon, de la présidente du conseil d'administration, Francine Ruest-Jutras, de Jacques A. Chauvette, qui est membre du conseil d'administration et du vice-recteur aux ressources humaines, Olivier Malo.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer