UQTR: double fierté au laboratoire d'anatomie

À l'avant, le professeur Hugues Leblond et le... (François Gervais)

Agrandir

À l'avant, le professeur Hugues Leblond et le professeur Gilles Bronchti, directeur du département, en compagnie de l'équipe qui soutient les activités du Laboratoire: Ursula Grabs, professionnelle, ainsi que Sophie Plante, Marie-Ève Lemire et Johanne Pellerin, toutes trois techniciennes de laboratoire.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Laboratoire d'anatomie humaine de l'UQTR a de quoi pavoiser. Le conseil d'administration vient de lui décerner le Prix de la direction pour l'excellence de la prestation de travail, volet équipe, pour 2015-2016. Un des professeurs du département, Hugues Leblond, reçoit par la même occasion le Prix d'excellence en enseignement dans la catégorie «professeur».

Même si ces honneurs sont fort agréables à recevoir, ce n'est rien de nouveau pour le département d'anatomie qui cumule les prix d'une année à l'autre. Celui du professeur Leblond est le septième à rejaillir sur cette équipe de passionnés.

Il semble fort étrange d'utiliser le mot «passion» quand il est question de dissection de cadavres humains, mais le mot revient constamment dans la bouche du professeur Leblond et du directeur de son département, le professeur Gilles Bronchti.

Le professeur Leblond doit son prix en partie aux étudiants, qu'ils soient destinés à la recherche ou qu'ils oeuvrent déjà comme cliniciens. Lors de l'évaluation qu'ils ont faite de son enseignement, le mot «passion» est revenu à 117 reprises. Pourtant, ces étudiants ne l'ont pas eu facile avec lui. «Je suis très exigeant», reconnaît-il.

Le professeur Leblond est arrivé à l'UQTR en 2011. Bien qu'il ait été chercheur en neurophysiologie pendant 10 ans à l'Université de Montréal, il est rarissime que l'UQTR décerne un tel prix à une personne en tout début de carrière en enseignement, fait valoir le directeur du département, Gilles Bronchti.

Son plaisir, c'est de trouver le moyen de conserver l'attention de ses étudiants même lorsqu'il faut approfondir pendant trois heures les connaissances qui portent sur un seul os de la hanche, par exemple.

Le professeur Leblond possède tout un arsenal de stratégies pour rendre la vie plus facile à ses étudiants, au point d'avoir créé une comptine qui leur permet de se souvenir facilement du nom et de la fonction des 12 nerfs crâniens sans se casser la tête pour étudier.

Il se fait aussi un devoir d'adapter son enseignement en fonction des besoins des professionnels de la santé à qui il enseigne l'anatomie, qu'ils soient podiatres ou massothérapeutes, chiropraticiens ou même chirurgiens vasculaires.

Malgré toute son expérience et même s'il a déjà formé des doctorants à l'Université de Montréal, Hugues Leblond n'a pas hésité à assister à des cours du professeur Bronchti, lui-même détenteur d'un prix en enseignement, pour améliorer ses approches avec ses étudiants. Même au sommet d'une carrière, cette nouvelle recrue de l'UQTR juge important d'avoir encore des mentors.

«On aime ce qu'on fait», plaide le professeur Bronchti, «et Hugues est très passionné», insiste-t-il. «On a une approche pratique et en plus, on enseigne sur des corps ou des pièces déjà disséquées, ce qui permet d'accrocher les connaissances théoriques sur quelque chose de concret», dit-il.

Il n'est pas étonnant que le Laboratoire d'anatomie reçoive des lauriers, cette année. «On a développé énormément de choses depuis les débuts», en 1993, rappelle le professeur Bronchti.

Le Laboratoire comptait alors 45 étudiants en chiropratique. Cette année, ils sont environ 1300 provenant de diverses professions de la santé. «Ça grossit chaque année. On n'arrive presque plus à fournir», indique le directeur, malgré un important agrandissement en 2011. Le Laboratoire «est maintenant trop petit parfois», ajoute-t-il.

Le Laboratoire a reçu, il y a trois ans, une importante subvention pour un projet collèges-université appelé Carrefour anatomique. Des étudiants de diverses disciplines de la santé des trois collèges de la région peuvent, depuis, profiter des services offert à l'UQTR en anatomie, ce qui améliore grandement leur formation de base.

Une équipe technique prête à se dévouer même les fins de semaine encadre les professeurs.

Depuis 2001, le Laboratoire d'anatomie offre des formations continues pour des étudiants à l'extérieur de l'UQTR. En 2004 et 2005, podiatrie et pré-médecine de l'Université de Montréal sont arrivés, puis médecine (de l'UdM), en 2008, apportant du même coup une notoriété au Labo. «On a aussi développé un cours de chirurgie pour des étudiants en médecine à l'externat. C'est unique au monde», précise le professeur Bronchti.

Les corps dont disposent les professeurs pour dispenser ces enseignements sont confiés au Laboratoire d'anatomie par les familles pour lesquelles une cérémonie est organisée chaque année afin de se remémorer leurs êtres chers.

Les corps sont conservés de façon classique ou bien selon la méthode d'embaumement Thiel qui permet de leur préserver un très grand réalisme et d'ajouter une qualité exceptionnelle aux formations dispensées.

Référence en matière d'anatomie humaine dans le réseau universitaire québécois, le Laboratoire d'anatomie humaine craint que les coupes imposées par Québec aux universités ne viennent freiner son développement et limiter sa réponse aux demandes grandissantes et aux besoins croissants du milieu de la santé du Québec pour un tel service.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer