Frais de scolarité des étudiants étrangers: l'UQTR choisit le statu quo

L'Université du Québec à Trois-Rivières... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'Université du Québec à Trois-Rivières

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Contrairement à ce qui circule comme rumeurs, l'Université du Québec à Trois-Rivières n'a nullement l'intention de hausser les frais de scolarité des étudiants étrangers en vue de la rentrée de septembre 2016.

Quelque 773 étudiants provenant d'une quarantaine de pays, dont la France, la Tunisie et la Chine, fréquentent l'UQTR.

L'établissement affirme que sa politique en matière de frais de scolarité pour ces étudiants est le statu quo, alors que selon certaines rumeurs, l'université songe à leur imposer une bonification allant jusqu'à 25 % afin d'engraisser la colonne des revenus.

«Avant d'adopter une telle mesure, il faut considérer l'impact réel de l'apport des étudiants internationaux qui viennent étudier au Québec. La question est: veut-on et peut-on se priver de la qualité de ces étudiants, dont bon nombre sont inscrits aux cycles supérieurs?», s'interroge, par voie de communiqué, Daniel McMahon, recteur de l'UQTR.

Rappelant l'importance de la présence des étudiants internationaux au sein des universités francophones, l'UQTR estime que les intervenants du domaine de l'éducation doivent mettre des moyens en place afin de continuer à les attirer au Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer