Les négociations sont rompues entre l'UQTR et ses professeurs

On ne semble pas à la veille de... (Olivier Croteau)

Agrandir

On ne semble pas à la veille de s'entendre entre la direction de l'UQTR et son syndicat des professeurs afin de réduire le déficit de l'institution.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors que l'Université du Québec à Trois-Rivières s'apprête à enregistrer un déficit qui devrait atteindre les 10 M$, les négociations entre la partie patronale et le Syndicat des professeurs et professeures de l'UQTR (SPPUQTR) ont été rompues.

«La direction de l'UQTR fut informée le jeudi 3 mars en fin de journée de la décision du SPPUQTR de mettre fin aux discussions concernant les demandes de concessions à leur convention collective de travail dans le but de réaliser des économies au budget de l'UQTR», a confirmé le directeur du Service des communications de l'institution, Bertrand Barré.

Depuis déjà plusieurs mois, l'Université tentait d'obtenir certaines concessions de la part du syndicat afin de réduire ce déficit et remettre l'UQTR sur les rails afin de retrouver une bonne santé financière. La lenteur des négociations et des propositions considérées comme inacceptables de la part de la partie patronale ont mené à la décision de la part du syndicat de rompre les discussions.

«Nous nous étions entendus pour une certaine période de discussions et cette période est échue. Nous ne sommes pas arrivés à une entente sur ces discussions. Ça va donc de soi et c'est implicite», mentionne le président du SPPUQTR, Ismaïl Biskri.

Lors des six dernières semaines, le syndicat avaient accepté que l'institution adopte un gel d'embauche de nouveaux professeurs.

«Nous avons donné six semaines pour ce gel. Les discussions n'ont pas abouties et ce gel est arrivé à une date qui était le 3 mars. On ne pouvait pas aller au-delà, il fallait que le processus de recrutement continue.»

La balle est maintenant dans le camp de la direction, selon M. Biskri. Les dirigeants de l'UQTR se rencontreront lundi afin d'établir une nouvelle stratégie face à la situation.

«Le sujet sera discuté demain (lundi) par les membres de la haute direction de l'UQTR dans le cadre de leur rencontre régulière de la régie universitaire. La direction souhaite que les discussions se poursuivent avec le syndicat pour pouvoir parvenir à une entente», indique M. Barré.

Le syndicat peu impressionné

Au terme des dernières semaines de négociations, M. Biskri ne semblait pas très impressionné par la teneur des offres de la direction. Les professeurs se sont dit prêts à ouvrir leur convention collective, mais veulent s'assurer de maintenir un certain niveau de qualité d'enseignement, tel que la taille des classes, les budgets en recherche, la modernité des équipements et des conditions salariales du corps professoral.

«Nous avons fait deux propositions, nous en avons reçu une de l'UQTR qui était à nos yeux inacceptable, révèle-t-il. Ce déficit, ce ne sont pas les professeurs qui l'ont creusé. Ce sont les coupures du gouvernement qui se sont faites au mauvais endroit. Il faut envoyer un message au gouvernement. On est prêt à aider, mais pas au détriment de nos conditions de travail.

«Notre initiative était d'aider l'université à surmonter une partie du déficit, mais ça ne se fera pas au détriment du cadre du travail des professeurs, ou du moins, pas trop prononcé», maintient M. Biskri, qui ajoute que la porte est toujours ouverte et qu'une proposition future sera étudiée, mais que la base des négociations des dernières semaines ne restera pas la même.

L'arrivée en poste de Daniel McMahon à titre de recteur de l'institution le 19 janvier 2016 n'a pas semblé avoir une influence importante sur la teneur des échanges entre les deux parties.

«On ne sait pas si M. McMahon participe à ces discussions. Nos vis-à-vis, c'est le CRU (comité de régie universitaire), sur lequel siègent des vices-recteurs. On ne sait pas si M. McMahon intervient. Mais ce n'est pas l'affaire d'une seule personne, mais de vision», conclut le président du SPPUQTR.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer