Un nouveau recteur sans «lunettes roses» à l'UQTR

On aperçoit ici le recteur McMahon (à droite)... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

On aperçoit ici le recteur McMahon (à droite) alors qu'il rencontre les médias sous le regard intéressé du président de l'Association générale des étudiants, Jean-René Leblanc-Gadoury.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) «Ensemble, nous allons accomplir de grandes choses», a affirmé jeudi matin le tout nouveau recteur de l'Université du Québec à Trois-Rivières, Daniel McMahon, alors qu'il rencontrait pour la première fois l'ensemble de la communauté universitaire.

Le recteur a affirmé qu'il arrivait à la barre de l'UQTR «sans lunettes roses», toutefois, conscient que l'année financière en cours devrait se solder par un important déficit de quelque 10 millions $. Malgré tout, il ne veut pas entendre le mot «problème». Le nouveau recteur invite la communauté à lui parler plutôt de «défis» ou «d'occasions de dépassement.»

Il entend d'ailleurs récolter 2 $ pour la Fondation de l'UQTR chaque fois qu'une personne dira le mot «problème». «Voici ce que j'ai récolté depuis le matin», a-t-il ajouté, jeudi, en sortant de sa poche un gros paquet de pièces de monnaie.

En poste depuis lundi, Daniel McMahon a déjà commencé, en effet, à rencontrer les gens du milieu où il a étudié et enseigné pendant 25 ans. Il est visiblement heureux d'être de retour chez lui, à l'UQTR. La communauté de l'UQTR l'attendait aussi avec enthousiasme comme en témoignent les quelque 300 courriels qu'il a reçus pour l'encourager.

Au terme de son discours d'une quinzaine de minutes, une seule personne a pris la parole à la période de questions, soit le directeur du département de chiropratique, André-Marie Gonthier, qui a eu l'occasion de discuter avec M. McMahon lors d'une rencontre avec des directeurs de départements, mercredi.

«Vous avez parlé en disant: Dorénavant, ce n'est pas «je», c'est «nous». Je tiens à vous remercier parce que c'est un signal très fort», a tenu à mentionner M. Gonthier sous les applaudissements de l'auditoire.

Daniel McMahon entreprend donc une tournée de toutes les unités qui forment l'UQTR. Quand on lui demande quelle sera la plus importante de ses priorités, en début de mandat, il répond: «Il faut immédiatement et le plus vite possible amorcer notre plan de redressement pour pouvoir en sortir le plus rapidement possible. Mais ce n'est pas parce qu'on est en redressement qu'on ne peut pas être en développement», s'empresse-t-il de nuancer.

«Il ne faut pas attendre que le salut vienne de l'extérieur», a-t-il aussi plaidé devant la communauté. La situation, a-t-il fait valoir aux quelque 300 personnes massées pour venir l'entendre, jeudi, «nous oblige à trouver tous ensemble des solutions imaginatives, résolues et durables.»

«La situation actuelle ne doit pas avoir pour effet de nous décourager, d'inhiber notre action, mais au contraire, d'affirmer notre volonté et notre détermination», dit le recteur.

Des démarches ont déjà été entreprises, on le sait, avec les différents corps d'emplois. «Elles vont évidemment se poursuivre intensément au cours des prochaines semaines et j'ai toute confiance que le résultat sera positif», dit-il.

Le nouveau recteur sait qu'il devra bien jouer ses cartes. Quand on le questionne sur le projet de football, en effet, il explique que «tout investisseur sérieux qui veut travailler avec l'Université, on va le regarder de façon sérieuse.» Toutefois pour ce qui est du dossier du sport en particulier, «vous comprendrez qu'il faut faire une analyse de l'ensemble du portefeuille sportif avant de prendre des décisions», précise le recteur.

Un des outils principaux qui guidera ses actions est le plan stratégique 2015-2020 adopté par le conseil d'administration.

«On doit se fixer de nouveaux objectifs et définir la structure dont on a besoin pour atteindre ces nouveaux objectifs», dit-il lorsque questionné sur l'état de l'organisation administrative à l'UQTR.

Daniel McMahon a fait savoir à la communauté que sa porte était ouverte et qu'il entreprenait son mandat de cinq ans avec motivation et enthousiasme, «mais aussi avec lucidité».

Pour ce qui est des causes de l'ex-vice-recteur, Martin Gélinas, et de l'ex-directeur des équipements, Alain Fournier, qui sont toujours devant le Tribunal administratif du travail (anciennement Commission des relations du travail), le recteur indique qu'il laissera le tout se dérouler comme prévu. «On est déjà devant la CRT, donc il faut laisser la CRT faire son travail et j'espère que ces éléments-là vont se conclure le plus rapidement possible pour qu'on puisse passer à autre chose et développer notre université», répond-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer