L'UQTR invite un jeune trisomique dans ses cours

Robin Sévette en compagnie du professeur Martin Caouette... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Robin Sévette en compagnie du professeur Martin Caouette du département de psychoéducation.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il y a un nouveau venu chez les Caouette. Robin Sévette s'est récemment intégré au quotidien de cette petite famille de trois enfants. Il y restera six semaines.

Robin est en effet l'invité et le nouveau collaborateur international du professeur Martin Caouette du département de psychoéducation de l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Le jeune homme de 24 ans a suscité l'inquiétude des douaniers en mettant les pieds en sol montréalais, il y a quelques jours.

C'est qu'il est né avec le syndrome de Down, ou trisomie 21. Et il a fait le voyage tout seul, de la France au Québec.

Le jeune homme n'arrive pas toujours à exprimer clairement tout ce qu'il veut dire, mais contrairement à bien des gens dits «normaux», il arrive néanmoins à donner des conférences aux étudiants du professeur Caouette.

Vendredi, il était plus nerveux que d'habitude. Plusieurs médias de la région étaient venus l'entendre, le photographier, le filmer et l'interviewer à l'UQTR, ce qui rendrait inconfortable plus d'une personne.

Aidé de son portable, le jeune homme au talent indéniable pour la comédie est venu parler de sa vie toute simple en France, de son appartement où il vit tout seul, des plats qu'il prépare lui-même, de sa famille qui le soutient, mais dont il aime aussi beaucoup se distancer pour vivre son autonomie d'adulte, même s'il aime bien ses parents, ses deux frères et sa soeur. Et puis, il y a le petit café de l'après-midi qu'il adore boire avec ses grands-parents qui vivent à quelques kilomètres de chez lui.

Son moment préféré de la conférence: la période de questions. Son deuxième moment préféré: recevoir les félicitations de la jeune doctorante qui l'accompagne à l'UQTR. Le pouce en l'air et un grand sourire narquois pendant qu'il a les bras autour d'elle, il indique à toute la classe, dans un cocasse langage non verbal, qu'il sait profiter à plein de ces petits moments tout simples que lui offre la vie.

«J'ai rencontré Robin en France lors d'une formation sur l'autodétermination dans des milieux d'intervention en déficience intellectuelle», raconte le professeur Caouette.

«Robin, c'est un modèle d'autodétermination», dit-il. «On fait beaucoup de recherche pour les personnes qui ont une déficience intellectuelle. Il faut aussi faire une recherche avec ces personnes», plaide-t-il.

Il s'agirait de la première expérience du genre dans une université québécoise, croit le professeur Caouette.

Robin fascinait visiblement son auditoire, vendredi, non seulement par sa très grande simplicité et son humour, mais aussi parce qu'il veut démystifier son handicap.

Il est à parier que tout le monde aurait voulu l'adopter, dans la salle de cours. C'est qu'il aime faire le ménage, repasser et même cuisiner. Il chante, joue du piano et de la flûte.

«J'ai envie d'aider les personnes qui sont comme moi», a-t-il confié à son auditoire.

Le professeur Caouette veut «faire la démonstration que Robin, c'est quelqu'un qui a pleinement sa place dans la société. Comme chercheur, on doit mettre au coeur de nos recherches les personnes qui ont une déficience intellectuelle», plaide-t-il.

Heureux hasard, Robin vient faire contrepoids avec brio aux propos déplorables tenus par une participante de 20 ans dans l'émission Un souper presque parfait selon lesquels: «on ne peut pas traiter les handicapés, genre, pis le monde qui sont fous, genre, de la même façon que nous. Tsé, ils font pas partie de la société parce que, en tant que tel, nous on paie pour eux, mais eux-autres, genre, tsé, ils contribuent à rien dans la société, genre».

Robin, lui, a déjà participé à un commercial de sensibilisation à la trisomie et s'apprête à devenir narrateur d'un livre pour enfants portant sur la trisomie. Tsé, il contribue à la société, genre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer