Nouvelle chaire à l'UQTR: l'histoire des loisirs et des divertissements sous la loupe

Laurent Turcot, historien et professeur à l'UQTR....

Agrandir

Laurent Turcot, historien et professeur à l'UQTR.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Ubisoft a fait appel à son expertise en histoire pour créer son jeu Assassin's Creed; il a gagné le prix d'excellence en enseignement del'UQTR; il fut spécialiste invité dans la télé-série Le Rêve de Champlain et voici que le professeur Laurent Turcot vient aussi de décrocher une Chaire de recherche du Canada en histoire des loisirs et des divertissements.

C'est la dixième Chaire de recherche du Canada pour l'UQTR. «Elles sont détenues par des chercheurs exceptionnels», a indiqué mercredi le vice-recteur Robert W. Mantha. Il s'agit, dit-il, de chaires fortement convoitées. Elle sera d'un montant de 500 000 $ sur cinq ans.

C'est que les termes loisir et divertissement ne sont pas synonymes, explique le nouveau titulaire de la chaire d'entrée de jeu. «Il va y avoir un travail sur les mots. Ça va être le cadre principal de la recherche», explique-t-il.

Et son étude va être assez large, voire ambitieuse, puisque ces mots et leur sens seront explorés du 16 e au 19e siècles en France, en Angleterre, en Italie, en Espagne et au Canada. «Les productions culturelles parfois passent les frontières beaucoup plus facilement que les hommes», fait valoir le professeur Turcot. Ce dernier promet de s'intéresser, justement, à ce passage.

Avec la popularité du cinéma et des jeux vidéos, «on a l'impression que notre société marchande, avec son industrie culturelle, a inventé ce modèle-là. C'est absolument faux», dit-il, citant l'exemple des théâtres italiens de la Commedia dell'arte.

«Le but de la chaire est de comprendre cette marchandisation des loisirs», dit-il, tant au Canada qu'en Europe.

La chaire veut aussi étudier la démocratisation des loisirs et analyser les liens entre les lieux où se déroulent les loisirs et les gens qui les investissent.

Certaines recherches réalisées dans le cadre de cette chaire s'annoncent fort amusantes.

Un des étudiants de troisième cycle du professeur Turcot, Mathieu Perron, va travailler, par exemple, sur les tavernes françaises et britanniques. La chaire permettra d'ailleurs de favoriser la formation de nombreux étudiants de cycles supérieurs.

«On va créer des bases de données et rendre accessibles les documents au plus grand nombre», indique le chercheur du département des sciences humaines, section histoire de l'UQTR.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer