Francine Ruest-Jutras veut donner un nouvel élan à l'UQTR

L'ex-mairesse de Drummondville, Francine Ruest-Jutras, occupe désormais le... (Photo: Jacques Boissinot)

Agrandir

L'ex-mairesse de Drummondville, Francine Ruest-Jutras, occupe désormais le siège de présidente du conseil d'administration de l'UQTR.

Photo: Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'ancienne mairesse de Drummondville, Francine Ruest-Jutras, a accepté la présidence du conseil d'administration de l'Université du Québec à Trois-Rivières pour un mandat d'un an, renouvelable, «parce que je pense que c'est un moment charnière dans l'histoire de l'UQTR. Un recteur par intérim qui arrive, une nouvelle présidente, donc ça fait deux nouvelles personnes à la tête de l'institution. Le moment est important et devrait nous permettre de donner un nouvel élan à l'Université», dit-elle, en ajoutant qu'elle a rencontré le nouveau recteur intérimaire, André G. Roy, lundi pour la première fois.

Mme Jutras, qui était déjà membre du conseil d'administration depuis novembre 2013, ne prévoit pas de changements à la haute direction de l'Université, notamment au niveau des vice-recteurs en poste. «Je n'ai pas d'indications dans ce sens-là.»

Parmi les dossiers qui seront mis en priorité, il y a la planification stratégique qui n'est pas encore adoptée. «Le nouveau recteur veut aussi se l'approprier», affirme-t-elle.

Il y a aussi la réponse qu'il faut donner au Vérificateur général du Québec à la suite du rapport qu'il a déposé sur la gestion de l'Université. Il s'agira d'un plan d'action qui répondra aux attentes du VGQ et qui devra être présenté en commission parlementaire.

Évidemment, Mme Jutras a aussi à coeur le dossier du campus de Drummondville, «un dossier d'essaimage très réussi», dit-elle. «Ça va être un très gros succès. Au conseil d'administration, nous en sommes tous certains.»

Le fameux projet de Centre d'excellence régional académique et sportif, avec son colisée de 5000 places n'est plus dans les priorités. «Ce n'est pas fort», reconnaît la présidente. «L'intérêt était davantage sur l'enseignement et la recherche. [Au niveau de l'infrastructure], j'avoue qu'on n'a jamais senti un grand enthousiasme autour de la table. Il y avait d'autres joueurs potentiels pour le faire de toute façon», dit-elle. «Je pense que le conseil va avoir d'autres priorités.»

Ceci est d'autant plus vrai en fonction des compressions. D'ailleurs, Mme Jutras entre en poste avec le spectre d'une année financière 2014-2015 qui pourrait se solder par un déficit. L'information sera connue officiellement sous peu. «J'espère que ça va bien se passer. Il y a eu de très gros efforts qui ont été faits.»

Pour ce qui est d'une équipe de football universitaire, Mme Ruest-Jutras estime que le sujet pourrait revenir au CA cet automne.

La nouvelle présidente indique que de toute façon, il faut d'abord combler les nombreux postes vacants au conseil d'administration.

«On souhaite vivement que les membres manquants soient remplacés le plus rapidement possible. Je souhaite qu'au moment où l'on ramènera le dossier, le conseil d'administration sera complet», dit-elle.

«L'intérêt au conseil d'administration, c'est d'avoir le plus grand nombre d'idées possible, des gens de tous les horizons avec des préoccupations différentes qui sont capables de nous amener leur input. Quand il vous manque pas mal de joueurs autour de la table, vous restreignez forcément votre éclairage», fait-elle valoir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer