UQTR: Yves Tousignant déplore «le manque d'élégance» du gouvernement

Yves Tousignant... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Yves Tousignant

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Saint-Pierre-les-Becquets) Vingt-quatre heures après s'être fait montrer la porte avec la rectrice Nadia Ghazzali, le président démissionnaire du conseil d'administration de l'UQTR, Yves Tousignant, dénonce la façon de faire du gouvernement du Québec.

«Je déplore le manque d'élégance. Ils ont agi de manière cavalière. Ils le savaient depuis mai. Ils auraient pu contacter la rectrice le 26 mai, et celle-ci aurait pu annoncer son départ au conseil d'administration mardi et à la communauté universitaire le lendemain», a-t-il confié au Nouvelliste.

Au lieu de cela, Nadia Ghazzali a plutôt présenté mercredi matin un plan d'action avec lequel Yves Tousignant se disait encore très à l'aise. «On touchait à tous les aspects. Il était en cours, avec 30 actions. Mais elle avait une épée de Damoclès au-dessus de sa tête. C'est un groupuscule qui voulait sa tête et il y avait une députée caquiste qui demandait la tutelle», a-t-il raconté.

Sauf qu'à 10 heures le matin, celui-ci a été avisé qu'il allait recevoir un coup de fil à 14 h 45, en après-midi. Et c'est lors de cet appel téléphonique que le secrétaire général associé au Secrétariat aux emplois supérieurs, relevant du ministère du Conseil exécutif, André Fortier, lui a demandé de remettre sa démission.

Celle-ci survient alors que l'élection de son successeur était prévue le 8 juin prochain. «Je crois que j'ai moins de légitimité», a-t-il admis pour justifier son départ tout en précisant que son mandat était échu depuis la fin de 2014.

Mais du même souffle, le premier magistrat de Saint-Pierre-les-Becquets a du mal à comprendre qu'il ne pouvait être président de l'UQTR tout en étant maire alors que ça ne cause aucun problème pour être vice-président ou simple membre du conseil d'administration.

«Peut-être avaient-ils peur que je déménage le campus à Saint-Pierre-les-Becquets. Je reste membre du conseil d'administration pour un certain temps, au siège socio-économique, tant que je ne serai pas remplacé», annonce-t-il, ce qui lui permettra, entre autres, de connaître les états financiers 2013-2014 et de participer à une commission parlementaire sur l'administration publique. «Je veux finir une job après huit ans», renchérit M. Tousignant.

Jusqu'au 8 juin prochain, c'est la vice-présidente, Me Annie Pagé, qui assumera la présidence sur une base intérimaire. En ce qui concerne Nadia Ghazzali, elle se verrait confier un rôle de professeur au département de mathématiques et d'informatique de l'UQTR «sans prime de départ», précise-t-il.

En voyant débarquer le vérificateur général du Québec à l'université pour une première fois en 46 ans, le président démissionnaire s'attendait à des constats puisque, dit-il, «il trouve toujours de quoi».

«Il n'y a pas de mise en contexte. Le campus universitaire à Drummondville, c'est un très beau projet. Mais ce n'était pas facile, ayant eu lieu sous deux gouvernements, et c'est l'ancien ministre Bolduc qui a tout attaché», raconte celui qui prétend que le président n'a pas pour mandat de «jouer le rôle de gestionnaire alors que l'UQTR, c'est un budget de 160 millions de dollars avec 1500 employés».

À son avis, il serait toutefois préférable que le prochain recteur ait un profil de gestion plutôt qu'académique alors que l'institution est en pleine croissance, soit «150 % en dix ans». Quand on lui demande si Sylvain Delisle pourrait représenter une bonne alternative, lui qui avait perdu la course aux mains de Nadia Ghazzali, Yves Tousignant parle d'un «candidat intéressant».

«Avec un budget constitué à 75 % de subventions gouvernementales, on reçoit le rapport de la vérificatrice générale pour plus de rigueur et de transparence dans les années à venir», a-t-il conclu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer