Une démission non nécessaire, croit l'Association générale des étudiants

Frédérik Farid Borel, conseiller à l'exécutif de l'AGE...

Agrandir

Frédérik Farid Borel, conseiller à l'exécutif de l'AGE de l'UQTR.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) Le conseiller à l'exécutif de l'Association générale des étudiants de l'UQTR, Frédérik Farid Borel, affirme que les représentants étudiants ont été «sous le choc» lorsqu'ils ont appris le départ de la rectrice.

Il soutient de plus que la rectrice n'était pas l'unique responsable des problématiques révélées par le rapport de la vérificatrice générale.

«L'AGE ne trouve pas qu'une démission était nécessaire à la lumière de ce qui était dans le rapport de la vérificatrice. Cela ne justifiait pas nécessairement une démission ou un renvoi de la rectrice», soutient M. Borel. «Ce qu'on voit dans le rapport, c'est que la période couverte par la vérificatrice générale était de 2011 à 2013, alors que la rectrice est entrée en poste en février 2012. Il y a donc une période de 18 mois de l'ancienne administration et 18 mois de la nouvelle. Il est difficile de mettre les fautes sur une seule et même personne ou sur une seule administration.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer