Le rapport de la vérificatrice générale sur l'UQTR déposé dans moins de deux semaines

Le rapport de la Vérificatrice générale du Québec... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le rapport de la Vérificatrice générale du Québec sur les états financiers de l'Université du Québec à Trois-Rivières sera déposé à la fin de mai.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le rapport de la Vérificatrice générale du Québec sur les états financiers de l'Université du Québec à Trois-Rivières sera déposé à la fin de mai, soit dans moins de deux semaines. Le conseil d'administration de l'UQTR pourra en prendre connaissance deux jours avant sa publication et rencontrera les médias par la suite pour répondre à leurs questions, a indiqué le président du conseil d'administration de l'UQTR, Yves Tousignant.

Rappelons que la haute direction a reçu le rapport préliminaire de la VGQ il y a deux semaines.

La direction de l'UQTR a toujours maintenu qu'elle avait souhaité la présence de la VGQ, une première dans son histoire d'ailleurs, et que cette présence était en lien avec une recommandation émanant d'un chantier de travail relié à la planification stratégique 2015-2020 de l'Université.

Dans un texte publié dans la revue en ligne En-Tête de l'UQTR, le 12 janvier dernier, la direction avait expliqué que la VGQ venait faire «l'étude des processus de gestion immobilière et financière de notre Université avec notre entière collaboration».

Les recommandations, peut-on y lire, «nous permettront d'améliorer encore nos pratiques».

Dans une entrevue qu'il nous accordait récemment, le président du CA a toutefois indiqué que le rapport de la Vérificatrice générale portera «sur l'adjudication des contrats et les mandats aux services professionnels. On sait qu'il y a le dossier du campus de Drummondville, mais on ne connaît absolument rien de précis», avait-il indiqué au Nouvelliste.

Le 18 novembre dernier, alors qu'il témoignait devant la Commission des relations du travail, l'ancien directeur des équipements de l'UQTR, Alain Fournier, pourrait avoir donné un avant-goût de ce qui a attiré la VGQ à l'Université.

Selon son témoignage, en effet, la vice-rectrice à l'administration et aux finances, Johanne Giguère, lui aurait imposé le choix de la firme Maninge Groupe-Conseil de Drummondville alors que la firme, selon lui, n'avait pas été qualifiée par le conseil d'administration comme l'exigent les règles de gouvernance.

Or, le processus de qualification est habituellement exhaustif car les firmes doivent démontrer leur expérience et prouver leurs expertises si elles veulent obtenir des contrats.

Ce n'est qu'après cet exercice, réalisé au terme d'appels d'offres menés aux trois ans, que les firmes sont qualifiées par le conseil d'administration de l'UQTR. Les mandats peuvent ainsi être offerts à tour de rôle par souci d'équité envers tous les soumissionnaires.

Toutefois, selon le témoignage de M. Fournier, la firme Maninge, propriété de Daniel Lebel, ancien candidat péquiste dans Drummond-Bois-Francs qui avait quitté la présidence de l'Ordre des ingénieurs dans la tourmente en 2014, n'est pas passée par le processus de qualification pour obtenir le contrat du campus de Drummondville.

M. Fournier aurait alors averti Mme Giguère que, dans les circonstances, elle ne pouvait pas choisir cette firme. La vice-rectrice lui aurait alors déclaré: «C'est ça que j'ai décidé.»

Toujours selon le témoignage de M. Fournier, cette manoeuvre aurait coûté 2 millions $ de plus que prévu à l'UQTR.

Même si l'UQTR a fini par payer les taxes résiduelles de l'ancien CIPP il y a quelques jours, la VGQ pourrait aussi s'intéresser à ce dossier puisqu'une partie des taxes est restée impayée très longtemps au point de passer de 1,3 million $ à 2 millions $ à cause des intérêts cumulés.

Rappelons aussi que l'administration avait aussi essuyé des reproches de la part du Syndicat des professeurs, récemment, pour s'être servi des fonds départementaux de recherche en fiducie afin d'atteindre son équilibre budgétaire alors que ces sommes sont protégées par la convention collective.

Notons que le témoignage d'Alain Fournier, qui se dit victime de congédiement abusif en lien avec le dossier du campus de Drummondville entre autres, se poursuivra en juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer