L'UQTR invitée à «ne pas bousculer tout le monde»

Le président du Syndicat des professeur(e)s de l'UQTR,... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Le président du Syndicat des professeur(e)s de l'UQTR, Ismaïl Biskri.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Le président du Syndicat des professeurs de l'UQTR, Ismaïl Biskri, a dû écrire à la rectrice et présidente de la commission des études, Nadia Ghazzali, récemment, pour lui rappeler un article de la convention collective selon lequel les projets d'ordre du jour des réunions du conseil d'administration, du comité exécutif et de la commission des études, de même que les documents annexés, doivent être transmis au moins sept jours avant la tenue des réunions.

La commission des études constituée de membres de la direction, de professeurs, de chargés de cours et d'étudiants a en effet reçu un document à étudier, le 10 avril dernier, soit quatre jours, incluant le week-end, avant la rencontre prévue le 14 avril.

Le document en question était en fait l'ordre du jour portant sur l'amorce du processus de préparation du budget 2015-2016 et n'était accompagné d'aucun document.

Or, le rôle de la commission des études, explique-t-il, est d'examiner «tout ce qui peut avoir un impact sur la recherche et l'enseignement», explique-t-il.

Questionné par Le Nouvelliste à propos de sa lettre, M. Biskri fait valoir que «les membres de la commission des études doivent lire ce document-là pour prendre une décision éclairée.»

Dans sa lettre, le président du Syndicat indique que «la situation financière catastrophique actuelle ne devrait pas favoriser la tenue de rencontres improvisées et des pressions indues sur les instances. Si la Direction de l'UQTR envisage des solutions pour traverser cette période difficile, ce n'est pas en bousculant tout le monde qu'elles pourront être acceptées de tous», écrit le président du Syndicat dans sa missive.

M. Biskri fait valoir que les gens doivent «avoir le temps de prendre connaissance des solutions proposées par la direction avant de se précipiter à la commission des études et au conseil d'administration pour les faire adopter sous pression. Le passé récent de l'UQTR nous a largement démontré que cela n'était pas la meilleure façon de faire», écrit-il à la rectrice.

«La réunion, des échos que j'ai eus, a été reportée à lundi matin», dit-il.

M. Biskri ne dit pas que la lettre a porté fruit, «parce que les membres de la commission des études ont eu leur mot à dire. Mais notre lettre était nécessaire», estime-t-il.

Interrogé sur sa perception des coupes fort importantes imposées par le gouvernement Couillard sur les université québécoises et l'UQTR, Ismaïl Biskri estime qu'il s'agit «d'une vision à court terme. On ne se rend pas compte que les économies de bouts de chandelles qu'on va faire, c'est hypothéquer l'avenir, hypothéquer la formation des étudiants, hypothéquer le retour en impôts qu'il va y avoir dans le futur si jamais il y a moins d'étudiants qui vont être diplômés, qui vont avoir des postes et des salaires conséquents qui vont ajouter, en termes fiscaux, dans les caisses de l'État», indique M. Biskri qui a justement participé, tout récemment à la réunion de la Fédération québécoise des professeures et professeurs d'universités.

«On compte en parler autour de nous, attirer l'attention de la société, de la communauté par rapport à cette problématique», dit-il.

«En bout de ligne, ce qui va être coupé, ce sont des services», prévoit-il, «des cours, des programmes, peut-être même des services importants à des étudiants.»

«C'est bien facile de couper au niveau de l'éducation, des universités, au niveau de la santé, parce que la rentabilité n'est pas immédiate. Elle est à long terme», fait-il valoir, «et elle est indirecte.» Pourtant, signale-t-il, «l'économie à venir, c'est l'économie du savoir. Si l'on n'y investit pas, on va au devant de gros problèmes», prévient-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer