Nouveau président au SPPUQTR

Le nouveau président du SPPUQTR, Ismaïl Biskri, a... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

Le nouveau président du SPPUQTR, Ismaïl Biskri, a reçu les félicitations de l'administration universitaire pour son élection.

Photo: Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le timon du Syndicat des professeurs et professeures de l'Université du Québec à Trois-Rivières (SPPUQTR) sera désormais tenu par un nouveau président, fraîchement élu vendredi dernier, soit Ismaïl Biskri.

Un peu plus de 200 professeurs se sont déplacés pour voter. Avec 64 % des voix recueillies, ce professeur au Département de mathématiques et d'informatique a damé le pion à son seul adversaire sur la ligne de départ, l'enseignant Éric Chartier du Département des sciences comptables. M. Biskri veillera donc à diriger le plus important syndicat du navire UQTR qui, faut-il le souligner, est plongé depuis plus de deux ans au coeur d'une interminable tempête.

Plusieurs dossiers se retrouveront derechef sur la table de travail du nouveau président. Entre autres, la rectrice de l'UQTR, Nadia Ghazzali, laissait planer dernièrement la possibilité de compressions salariales au sein des différents corps de métier de l'Université. Mme Ghazzali affirmait alors que «des programmes d'études risquent d'être abandonnés, des emplois supprimés et des embauches reportées ou annulées.» Rappelons que l'UQTR doit réduire ses dépenses de 10,2 millions $ uniquement dans son budget 2015-2016.

En somme, bien du pain à trancher sur la planche d'Ismaïl Biskri. De quoi maintenir le nouveau capitaine aux aguets.

Notons entre autres la mise en tutelle réclamée par la députée d'Arthabaska Sylvie Roy, la mire d'enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) sur certains contrats octroyés par la haute administration, la saga qui oppose l'Université à son ancien vice-recteur aux ressources humaines devant la Commission des relations du travail, la plus qu'improbable construction d'un colisée sur les terrains de l'institution, les alinéas du campus de Drummondville, le couperet qui risque fort de s'abattre sur la recherche fondamentale, sur les services aux étudiants, l'annulation de cours pour causes financières, les coupes dans les fonds départementaux de recherche en fiducie, la possible réouverture de la convention collective du SPPUQTR, etc.

Dans une entrevue accordée au Nouvelliste, M. Biskri avait indiqué que tous les enjeux étaient importants, que «tous les défis se valent». Quant à la saine gestion du budget de fonctionnement de l'UQTR, «le Syndicat suit de très près ce dossier», avait-il alors mentionné, ajoutant que le SPPUQTR allait demeurer «vigilant».

Du côté de l'administration universitaire, on «félicite M. Biskri pour son élection. Ce dernier pourra compter sur l'entière collaboration de la rectrice et de son équipe dans l'exercice de ses nouvelles fonctions», souligne Jean-François Hinse, porte-parole

de l'Université.

Il ne nous a pas été possible de rejoindre M. Biskri pour recueillir ses commentaires postélectoraux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer