UQTR: budget équilibré ou plan de redressement imposé?

Le président du conseil d'administration de l'UQTR, Yves... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le président du conseil d'administration de l'UQTR, Yves Tousignant.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) L'administration de l'UQTR vient de décoder, dans les règles budgétaires, 500 000 $ de coupes supplémentaires qui s'ajoutent désormais aux 7 millions $ de compressions budgétaires déjà imposées par Québec à son budget de fonctionnement pour l'année 2014-2015.

Il reste à peine six semaines à l'UQTR, soit d'ici le 30 avril, pour arriver à déposer malgré tout un budget équilibré, indique le président du conseil d'administration, Yves Tousignant.

Ce dernier raconte que la réunion du conseil d'administration a été particulièrement longue, lundi, soit de 13 h 45 à 20 h 45, pour examiner la situation. «Il y a eu de bonnes discussions pour ralentir la progression des dépenses pour les six prochaines semaines», dit-il.

Rappelons qu'en septembre dernier, l'UQTR annonçait qu'elle était parvenue à l'équilibre budgétaire pour l'exercice financier 2014-2015.

Yves Tousignant rappelle que le budget de fonctionnement, celui qui est affecté de manière importante par les compressions imposées par Québec, est composé à 80 % de masse salariale et d'avantages sociaux. «Il ne reste pas beaucoup de place pour couper», fait-il valoir. Rappelons que Québec prévoit possiblement de nouvelles coupes dans l'éducation pour l'année 2015-2016.

La rectrice et les vice-recteurs se sont donc réunis, mardi matin, pour discuter de la situation. «Le conseil d'administration a été clair. Il ne faut pas faire de déficit. On veut s'éviter un plan de redressement qui serait imposé par le ministère de l'Enseignement supérieur», fait valoir le président du conseil d'administration.

Lors de la réunion de lundi, le conseil d'administration a aussi rencontré le président de la Fondation de l'UQTR, Jean-Guy Paré, et son directeur général concernant le projet d'équipe de football.

«Il y a eu une première présentation pour une équipe de football universitaire. On va revenir plus tard avec ça au conseil d'administration pour prendre une décision avant l'été», dit-il.

«Le projet est emballant», reconnaît M. Tousignant, «mais c'est certain que le contexte des compressions gouvernementales n'est pas aidant», plaide-t-il.

Une présentation ainsi que des discussions ont aussi eu lieu, au cours de la rencontre, concernant la collection Robert-Lionel-Séguin.

Rappelons que le Musée québécois de culture populaire n'a plus les moyens de gérer cette collection sans compensations et «demande un appui financier de la part de l'Université», dit M. Tousignant. Le président indique qu'il ne s'agissait toutefois là que «d'un rapport d'étape, un état de la situation. Il y a des engagements vis-à-vis la veuve, Mme Séguin», laisse-t-il entendre. Il s'agit donc d'un sujet qui reviendra dans les discussions.

Les membres du conseil d'administration ont aussi eu un échange concernant le CERAS (Centre d'excellence régional académique et sportif), indique M. Tousignant.

Ce dernier rappelle que l'UQTR «a mis les freins» sur ce projet. «On n'a pas pris de décision à savoir si le projet était abandonné ou pas», précise-t-il. «C'est la partie recherche qui est intéressante pour l'Université», rappelle-t-il. «La partie colisée relève de la Ville. Mais quand on a de la misère à avoir un budget de fonctionnement, c'est difficile de parler de la réalisation d'autres projets qui vont amener d'autres budgets de fonctionnement», plaide-t-il.

Malgré les compressions de 7,5 millions $ qui affligent l'UQTR, le projet du campus de Drummondville, lui, «suit les échéanciers. Tout va être prêt pour janvier 2016», assure Yves Tousignant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer