Hausse des droits de scolarité des Français: l'UQTR mise sur sa réputation

L'Université du Québec à Trois-Rivières.... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

L'Université du Québec à Trois-Rivières.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'UQTR mise sur sa réputation en matière de qualité de l'enseignement et des programmes pour continuer à attirer des étudiants français chez elle même si Québec a annoncé, jeudi, que ces derniers paieront à l'avenir 6650 $ au lieu de 2300 $, soit le même prix que les étudiants canadiens.

La mesure, rappelons-le, vise les nouveaux étudiants français et non ceux qui ont déjà amorcé leurs études de premier, deuxième ou troisième cycle au Québec.

Actuellement les étudiants français paient le même tarif que les Québécois aux trois cycles d'études, soit 2273 $ par année, indique Sylvain Benoit, directeur du Bureau de l'international et du recrutement de l'UQTR.

M. Benoit ne pouvait pas dire, jeudi, si cette mesure allait avoir un impact sur le recrutement des étudiants français à l'UQTR. Selon lui, «la décision de poursuivre des études à l'étranger n'est pas seulement une décision financière».

Néanmoins, «on va demeurer avec des frais de scolarité peut-être les plus intéressants en Amérique du Nord encore avec ces tarifs. Mais on aura des compétiteurs» désormais, dit-il, comme l'Université d'Ottawa et de Moncton par exemple.

À l'automne 2014, l'UQTR comptait 350 étudiants français sur le campus (215 pour la session d'hiver 2015), dont 125 prenant part à des programmes de mobilité étudiante.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer