L'UPAC s'intéresse à l'UQTR

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a dans sa mire... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a dans sa mire d'enquête divers contrats octroyés par l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a dans sa mire d'enquête divers contrats octroyés par l'Université du Québec à Trois-Rivières et liés, entre autres, à l'implantation du campus de Drummondville et à l'évaluation préliminaire du Centre d'excellence régional académique et sportif (CERAS). À cela s'ajoutent «d'autres dossiers internes à l'université», confirme Yves Tousignant, président du conseil d'administration de l'UQTR.

L'UPAC a eu la puce à l'oreille après avoir reçu des plaintes internes en provenance de l'université et dont M. Tousignant dit ignorer la source. Les policiers ont aussitôt rencontré le président du conseil d'administration qui leur a assuré sa pleine et entière collaboration. Depuis cette visite survenue en juin 2014, M. Tousignant n'a eu vent d'aucun retour d'appel. Samedi, il a donc écrit aux enquêteurs afin de s'informer de l'évolution du dossier.

Selon M. Tousignant, qui se montre avare de détails, les griefs concernent l'octroi de contrats de construction et d'évaluation pour les débours déjà dépensés dans l'établissement du campus universitaire à Drummondville, un projet de 24 millions $ échafaudé en partenariat avec la Ville de Drummondville. Qui plus est, les 100 000 $ déboursés sans appel d'offres pour l'ébauche du projet du CERAS, entre autres pour l'élaboration des études préliminaires, les esquisses du projet et les analyses comptables, seraient sous la loupe des enquêteurs. Un autre plomb logé dans l'aile de cette entreprise qui ne cesse de soulever la controverse. Rappelons qu'en décembre dernier, l'Intersyndicale des personnels universitaires et l'Association générale des étudiants avaient fait parvenir à l'administration une lettre stipulant leur désaccord quant à la réalisation de ce complexe sportif dans un contexte de restriction budgétaire.

S'il s'en remet entièrement à la haute direction de l'UQTR, en outre la vice-rectrice à l'administration et aux finances Johanne Giguère, en qui il réitère sa confiance, M. Tousignant ne cache pas que cette nouvelle pierre dans la marre de l'Université entachera davantage l'institution d'enseignement. C'est pourquoi il espère que toute la lumière soit faite dans les plus brefs délais, en appelant de ses voeux un retour de courrier rapide des enquêteurs de l'UPAC.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer