Football universitaire: l'UQTR va de l'avant

La machine est en marche à l'UQTR pour... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La machine est en marche à l'UQTR pour la mise sur pied d'une équipe de football.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après plusieurs années de tergiversations, la machine visant à amener du football à l'UQTR est en marche. L'institution déposera un dossier d'inscription au Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) en 2015 afin de disputer son premier match en 2017.

Les Patriotes de l'UQTR tenteront de rivaliser avec... (Photo: Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Les Patriotes de l'UQTR tenteront de rivaliser avec le Rouge et Or de Laval et les Carabins de Montréal dès 2017.

Photo: Le Soleil

Cette demande s'effectuera au plus tard en décembre 2015, mais dans l'idéal, plus tôt. Le Nouvelliste a appris que la rectrice de l'UQTR, Nadia Ghazzali, ainsi que la vice-rectrice à l'administration et aux finances, Johanne Giguère, ont rencontré plusieurs membres du RSEQ lors d'un gala en marge de la Coupe Vanier, le 27 novembre dernier, afin d'y présenter le projet de football à Trois-Rivières.

Le comité d'étude du projet est à terminer son rapport qui sera par la suite soumis au conseil d'administration de l'établissement ainsi qu'au comité de régie universitaire, mais on sait d'ores et déjà que le modèle qui sera adopté par l'institution sera celui d'une corporation à l'image de ce que l'on retrouve aux universités Laval et de Sherbrooke. D'ailleurs, les deux institutions ont donné un coup de main à l'UQTR afin de mettre sur pied le dossier.

«Nous avons beaucoup appris de leurs bons coups et ils nous ont permis d'éviter des erreurs en nous disant quoi faire», souligne le directeur du Service de l'activité physique et sportive (SAPS) de l'UQTR, André-François Lafond.

Cette corporation, par son format, permettra surtout à l'organisation de profiter d'une plus grande flexibilité à plusieurs niveaux, allant de la recherche de financement jusqu'aux opérations quotidiennes. Ce modèle s'avère aussi beaucoup moins coûteux pour l'UQTR.

«L'Université n'investira pas 1 M$ là-dedans. C'est un modèle sous la forme d'un organisme sans but lucratif qui dirigera l'équipe de football. Mais il y aura des personnes de l'Université qui siégeront au conseil afin de s'assurer de respecter toutes les règles», explique le directeur.

D'ailleurs, la communauté d'affaires mauricienne a été approchée afin de participer au financement de cette équipe. Si les chances de trouver un Jacques Tanguay sont minces à Trois-Rivières, plusieurs partenaires ont levé la main en faveur du projet. Le SAPS approchera d'ailleurs toutes les instances pédagogiques et politiques de la région afin d'obtenir leur appui moral.

Un investissement de 750 000 $ sera nécessaire afin de lancer l'équipe, en plus d'une somme minimale de 600 000 $ annuellement comme budget d'opération. Actuellement, les équipes sportives de l'UQTR profitent d'un portefeuille annuel de 500 000 $.

Un entraîneur dès 2015

Afin de mettre le programme sur les rails, l'UQTR compte procéder à l'embauche d'un entraîneur-chef dès l'automne 2015 afin d'amorcer un premier recrutement qui sera fait sur deux années.

«On ne pense pas être compétitifs dans les premières années, mais au bout de trois ou quatre ans, nous pourrons nous battre avec les équipes du milieu du classement», indique M. Lafond, tout en ajoutant que le fait que l'université soit située entre Montréal et Québec permettra d'attirer des joueurs de ces deux marchés, en plus d'aider grandement au football local.

Cette nouvelle formation jouera ses match au Stade Diablos, qui sera agrandi pour l'occasion afin de permettre à 5000 spectateurs de s'y loger grâce à l'ajout de gradins temporaires. Le Cégep s'est montré plus qu'ouvert à cette option.

Lafond estime qu'en plus des 75 joueurs qui se joindront à l'UQTR, plusieurs de leurs collègues, amis et amoureuse, les suivront, ce qui s'avérera rentable pour l'UQTR, sans compter la croissance du sentiment d'appartenance qui en découle habituellement, comme ce fut le cas dans les autres universités québécoises. Un effet qui pourrait avoir des retombées sur les campagnes de souscription futures de la Fondation de l'université.

Partager

À lire aussi

  • Du football... et du basketball à l'UQTR

    UQTR

    Du football... et du basketball à l'UQTR

    Le football ne sera pas la seule discipline qui devrait s'ajouter au portefeuille sportif de l'UQTR. Le basketball pourrait lui aussi effectuer un... »

  • Football à l'UQTR: un projet bien accueilli

    Sports

    Football à l'UQTR: un projet bien accueilli

    Le retour du football à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) engendre beaucoup d'espoir chez les programmes des écoles secondaires et des... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer