Cinq postes abolis du côté des ateliers à l'UQTR

Cinq postes viennent d'être abolis à l'UQTR du... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Cinq postes viennent d'être abolis à l'UQTR du côté des ateliers (plâtrier-peinte, mécanicien en tuyauterie, électricien et menuisier-ébéniste).

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Cinq postes viennent d'être abolis à l'UQTR du côté des ateliers (plâtrier-peinte, mécanicien en tuyauterie, électricien et menuisier-ébéniste).

Cette situation a incité la Syndicat des employés de soutien à inviter les membres à venir prendre une pause café avec ces employés, jeudi matin, dans le hall Gilles-Boulet.

La présidente du Syndicat, Denise Béland, indique que le Syndicat espère trouver une solution pour maintenir ces personnes au travail.

Du côté de l'Université, on explique que des plaintes avaient été logées à la Commission de la construction du Québec en lien avec certains travaux. Contrairement aux Villes et même aux collèges, l'Université n'a en effet pas le droit de faire des travaux de construction en régie interne et doit aller en appel d'offres.

Étant obligée de se conformer, l'UQTR s'est vue dans l'obligation de procéder à l'abolition de 5 postes. Deux de ces personnes avaient une sécurité d'emploi et seront affectées à d'autres tâches. Le lien d'emploi n'est pas rompu avec les trois autres travailleurs. Ils vont toutefois être mis sur une liste de rappel, mais l'Université indique qu'elle va tenter de les replacer aussi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer