Maurice s'ajoute aux produits d'accueil à Shawinigan

Au centre, Valérie Lalbin, directrice générale de l'Office... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Au centre, Valérie Lalbin, directrice générale de l'Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan, en compagnie des Maurice qui illustraient la nouvelle application mobile proposée pour les visiteurs, mercredi matin au DigiHub.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) L'Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan a officiellement lancé sa programmation estivale avec éclat, mercredi matin au DigiHub, en présentant une innovation nord-américaine dans l'accueil des visiteurs.

Il s'agit de Maurice, une application mobile un peu inspirée de Siri et Google Now qui peut interagir avec l'utilisateur pour le guider selon ses intérêts.

Pour l'occasion, l'OTFC a personnalisé ce Maurice en smoking et haut-de-forme pour cette conférence d'information. Cette mise en scène mettait la table à une initiative qui révolutionnera l'accueil touristique, selon Valérie Lalbin, directrice générale de l'organisme.

«Dans un cycle de voyage, il existe l'avant, le pendant et l'après», explique-t-elle. «L'avant, c'est le rêve, l'excitation, la planification, les sites Internet. On croule sous les outils disponibles! Dans l'après, il y a les réseaux sociaux, où on partage nos photos et on raconte nos affaires. Il y a aussi des sites pour donner notre avis sur les hôtels qu'on a aimés ou pas. Mais entre les deux, le touriste est dépourvu!»

Bien entendu, il existe toujours les sites de recherche classiques qui permettent d'obtenir un inventaire général de restaurants ou d'attractions, sans tenir compte des préférences de l'utilisateur. Un échange avec Maurice répondra plus rapidement aux besoins spécifiques de chaque personne. Le concept est inspiré des traditionnelles conciergeries des grands hôtels, une source inépuisable de renseignements. 

«Un touriste en vacances n'a pas envie de travailler», fait remarquer Mme Lalbin. «Maurice présente un aspect absolument génial: il est là en tout temps, en temps réel.»

Maurice est inspiré d'une trouvaille dénichée lors des rencontres sur le tourisme numérique, à Pau en France l'an dernier. Déléguée par l'OTFC, Marie Malherbe, responsable de l'accueil et des partenariats, y avait découvert l'application Wiidii. Elle a tout de suite compris que cet outil comblerait un important besoin dans l'accueil touristique. Il est déjà utilisé dans plusieurs villes françaises, notamment à Bordeaux.

Plusieurs fonctions

Siri, une application d'Apple, peut répondre à des questions très générales. «Mais elle ne peut pas traiter des demandes complexes de façon personnalisée», souligne Philippe Nadeau, directeur général du DigiHub.

«C'est là que Maurice peut rendre service. C'est un assistant qui fusionne intelligence humaine et artificielle pour donner le meilleur des deux mondes.» L'outil deviendra aussi disponible sur le site web de l'OTFC vers la mi-juillet.

Maurice conseille de façon personnalisée, discute oralement ou par écrit, traduit en français, en anglais ou en chinois. Il peut fournir des itinéraires, des menus, des prix; faire des réservations ou des rappels de rendez-vous. Plus il possède d'informations sur l'utilisateur, mieux il peut le guider.

Pour le moment, il est calibré spécialement pour Shawinigan, ce qui ne l'empêche pas de se débrouiller dans d'autres régions. Éventuellement, Mme Lalbin souhaite que Maurice devienne une application toute... mauricienne. En attendant, cette année, elle sera offerte gratuitement aux visiteurs.

François de Grandpré, professeur au département d'études en loisir, culture et tourisme à l'Université du Québec à Trois-Rivières, s'est déplacé à la conférence d'information pour prendre des renseignements sur cette nouveauté. Il a paru étonné par l'audace du concept. «Il y a un niveau de risque, mais intéressant», commente-t-il. «Comme chercheur, je suis intéressé de voir comment ça va évoluer.»

«Il se fait beaucoup de choses innovantes à Bordeaux», fait-il remarquer. «L'Office récupère des idées déjà très performantes. C'est bon signe. Pourquoi à Shawinigan plutôt qu'une autre ville au Canada? Parce qu'elle est innovante!»

C'est évidemment l'opinion du maire, Michel Angers. 

«Ce projet s'inscrit dans la volonté de développer le numérique», lance-t-il. «Encore une fois, Shawinigan attire l'attention. Ce serait facile de rester dans une zone de confort, dire que nous avons la Cité de l'énergie. J'apprécie le travail de l'Office de tourisme et je vous invite à continuer d'innover. Tous ceux qui font du surplace reculent!»

Les relations de plus en plus étroites entre Shawinigan et Bordeaux pourraient inciter Wiidii à installer un bureau du DigiHub quelque part en 2018 ou en 2019.

Autres nouveautés

Outre le fameux Maurice, le président de l'OTFC, Luc Desaulniers, a profité de ce lancement de saison pour énumérer les autres points forts offerts par Shawinigan.

Il a ainsi attiré l'attention sur la gratuité d'accès au Parc national de la Mauricie dans le cadre du 150e anniversaire du Canada, la pièce de théâtre Antarctique Solo à la Maison de la culture Francis-Brisson, le spectacle Dragao à la Cité de l'énergie, le bateau de croisière Windigo sur la rivière Saint-Maurice et un nouveau festival, le Tribal Fest, en septembre.

La patrouille InfoShawi revient dans le décor avec cinq conseillers en accueil et en information touristique pour rencontrer autant les résidents que les visiteurs un peu partout à travers la ville.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer