Le paradis pour le quad à La Tuque

Guy Leclerc et Sylvain Bérubé, respectivement directeur et... (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Guy Leclerc et Sylvain Bérubé, respectivement directeur et président d'Adeptes tout-terrain club La Tuque, souhaitent augmenter le nombre de membres du club.

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Avec un territoire aussi grand que la Belgique, la ville de La Tuque a de quoi offrir un véritable terrain de jeu aux quadistes. Ils sont d'ailleurs nombreux à emprunter les pistes du club quad de La Tuque. Avec ses 750 km de sentiers l'été et près de 200 l'hiver, tout est là pour séduire les amateurs.

Adeptes tout-terrain club La Tuque, fondé en 1984, est l'oeuvre de nombreux bénévoles qui ne comptent par leurs heures. Une vingtaine de bénévoles qui ont redoublé d'efforts dans les dernières années pour rendre le club attrayant.

«Depuis toujours, ce ne sont que des bénévoles, que ce soit pour la signalisation, la sécurité, l'affichage, l'entretien, la réparation, la construction, l'amélioration...», a commenté le président du club, Sylvain Bérubé.

Avec le temps, les gens du club quad ont acquis de la machinerie et ils opèrent bénévolement cette machinerie pour l'amélioration des sentiers. Cela leur permet d'en faire beaucoup plus, dans la mesure du possible, avec l'argent qu'ils ont. 

«Parfois, on doit faire appel à des entrepreneurs, mais on essaie de tout faire par nous-mêmes», assure le président.

D'ailleurs, des centaines de milliers de dollars ont été investis dans les sentiers, entre autres, pour développer les sentiers d'hiver et pour le développement d'une boucle locale.

À cet effet, les dirigeants travaillent d'arrache-pied à la réouverture d'un circuit qui avait été fermé il y a 9 ans.

Le club souhaite que les sentiers permettent à tout le monde de pouvoir faire du quad de façon sécuritaire et de profiter de la nature. D'ailleurs, pour rejoindre le plus de monde possible, on offre des randonnées organisées, une dizaine par année dans des destinations différentes chaque fois.

«Quand on fait des randonnées, il y a entre 20 et 30 véhicules. Ça permet aux gens de faire du quad en toute sécurité. Ça rassure les gens parfois d'être en groupe. [...] Les parcours sont vérifiés en entier avant le départ. On va dans des pourvoiries la plupart du temps pour prendre un repas. On visite le territoire et on fait découvrir différents endroits aux membres», explique M. Bérubé.

Le club est également appuyé par la Ville de La Tuque. Le superviseur au développement des sentiers récréotouristiques et relations avec les autochtones, Frédéric Noël, travaille de concert avec le président et le directeur du club. 

«La Ville les aide et les appuie dans leur démarche. [...] C'est dans toute la paperasse que je leur donne un coup de main. Ce sont des bénévoles, ils tiennent le réseau à bout de bras. Le soutien technique et administratif permet notamment d'aller chercher des subventions», mentionne Frédéric Noël. 

Un coup de main qu'on apprécie certainement du côté des dirigeants, et qu'on qualifie même d'indispensable.

«C'est un coup de main très important et très apprécié», a commenté Guy Leclerc, directeur du club. Il faut dire que le quad rapporte des milliers de dollars en retombées économiques en Haute-Mauricie. «Les retombées sont en croissance parce que les sentiers s'améliorent, parce qu'on fait plus de promotions...», soutient M. Noël.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer