Les festivals demandent au gouvernement une révision du modèle financier

Le Festival western de Saint-Tite.... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Festival western de Saint-Tite.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Les plus grands festivals et événements touristiques du Québec demandent au gouvernement de revoir au plus vite les subventions qui leur sont versées.

Le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI) représente près d'une trentaine de festivals de la province, certains d'envergure internationale comme le Festival d'été de Québec, la Coupe Rogers ou le Festival international de jazz et d'autres plus modestes, tels que le Festival western de St-Tite ou le Festival de montgolfières de Gatineau.

Ces événements sont admissibles au Programme d'aide financière aux festivals et événements touristiques et reçoivent une subvention annuelle pour leurs activités.

Or, le RÉMI affirme que le programme doit être revu en fonction de l'apport touristique et économique des événements.

Selon le regroupement, une solution doit être trouvée pour que les festivals les plus populaires et qui attirent le plus de touristes depuis l'extérieur du Québec soient les mieux soutenus financièrement.

«Je prends l'exemple du Festival d'été de Québec qui remplit les hôtels. Les hôtels paient des taxes. Il faut que cet argent revienne dans l'événement pour que l'on puisse sur le produit même, la programmation, l'expérience des festivaliers améliorer les choses», dit le président-directeur général du RÉMI, Martin Roy.

Le modèle d'affaires en tourisme avait été revu sous l'ancienne ministre du Tourisme, Dominique Viens, mais le Programme d'aide financière aux festivals et événements touristiques n'a toujours pas été actualisé, soutient Martin Roy.

Selon M. Roy, les événements touristiques reçoivent les mêmes montants «année après année», ce qui créer un manque à gagner pour les organisations.

Par ailleurs, l'actuelle ministre du Tourisme Julie Boulet a annoncé qu'une quarantaine d'évènements verront leur subvention augmenter. Le programme contribue au financement de 121 événements québécois. Une quarantaine d'entre eux ne percevaient pas le montant de subvention qu'ils auraient dû recevoir, ce que la ministre Boulet dit avoir corrigé.

«Le programme lui-même dicte que les subventions doivent représenter entre 4 et 6 pour cent du budget de l'événement, or beaucoup d'événements étaient en-dessous de 4 pour cent, alors il y a eu une légère correction», reconnait M. Roy.

Le RÉMI souligne les efforts de Québec à ce chapitre, mais soutient qu'il reste des écarts en matière de financement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer