Une expérience autochtone au Domaine Notcimik

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Bostonnais) Les copropriétaires du Domaine Notcimik, en Haute-Mauricie, vont inaugurer officiellement, samedi, un projet qu'ils ont imaginé et sur lequel ils ont travaillé pendant près de 20 ans. C'est un grand jour pour Madeleine Basile et Alain Castonguay qui proposent une aventure autochtone hors de l'ordinaire dans leur havre-nature d'une superficie de 76 hectares.

«C'est plus que du camping, c'est une expérience. On veut diffuser la culture, et faire connaître l'histoire atikamekw», lance d'entrée de jeu, M. Castonguay.

L'endroit n'a rien à envier aux autres terrains de camping, cuisine communautaire, bloc sanitaire, buanderie... Situé en plein coeur de la nature, on peut recevoir les tentes, les véhicules récréatifs, ou passer la nuit dans un camp prospecteur. Toutefois, ce qui différencie le Domaine Notcimik, qui sera ouvert toute l'année, c'est l'expérience culturelle autochtone. 

On vous propose de l'hébergement autochtone, en tipi ou dans une tente prospecteur, où les branches de sapin recouvrent les planchers, laissant au passage une odeur naturelle qui ajoute à l'expérience. 

«J'ai connu ce mode de vie. C'est traditionnel. On vivait dans des tentes comme ça, toute la famille. On n'a jamais eu froid [...] C'est un peu pour représenter ce mode de vie qu'on a déjà connu», raconte Madeleine Basile.

«C'est surtout pour ceux qui veulent s'imprégner de la vie ancienne», ajoute M. Castonguay.

Le travail est impressionnant et plusieurs dizaines de milliers de dollars ont été investis dans le domaine, notamment pour un bloc sanitaire répondant aux normes gouvernementales. 

Les activités culturelles et traditionnelles ne manqueront pas, sauna autochtone, cours de langue atikamekw, conférence sur l'histoire, contes et légendes autochtones autour d'un feu de camp... Différentes cérémonies auront lieu sur le site. 

L'endroit permettra aussi aux autochtones en milieu urbain d'aller renouer avec la nature et les traditions. 

Les activités extérieures ne sont pas en reste, sentiers pédestres, canots, baignade, pêche... D'ailleurs les pêcheurs seront sûrement contents de savoir qu'on s'affairait vendredi à terminer un four à pain où il y aura un fumoir.

«Les gens vont pouvoir l'utiliser pour leur pain, leur pizza, leurs bines s'ils le souhaitent. Les gens vont pouvoir faire fumer la truite qu'ils auront pêchée gratuitement dans le fumoir aussi», confirme M. Castonguay.

Les installations sont assez grandes et adaptées pour recevoir des groupes, des classes scolaires par exemple. On offre même la possibilité de venir faire une lune de miel en tipi. 

Les propriétaires ouvriront gratuitement leurs portes au public le 11 juin prochain. Il sera possible de visiter le site et ses attraits.

«Les gens sont les bienvenus. Je suis très heureuse de ce projet-là! On les invite a venir nous voir au beau milieu de la nature et à venir se ressourcer. Kwei kwei», lance Mme Basile.

«On va accueillir les gens comme de la famille et ils vont sentir tout le travail qu'on a fait ici», a conclu Alain Castonguay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer