Le Grand Prix de Trois-Rivières dans les ligues majeures

D'année en année, la qualité des pilotes inscrits... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

D'année en année, la qualité des pilotes inscrits au Championnat mondial de rallycross va en s'améliorant. En 2016, les amateurs de sports automobiles pourront notamment admirer les prouesses de Ken Block, Petter Solberg et Sébastien Loeb, sur le site du parc de l'Exposition à Trois-Rivières.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'émergence du Championnat mondial de rallycross il y a deux ans a ouvert la porte à une mutation de la programmation des courses aux Grand Prix de Trois-Rivières.

Si les épreuves traditionnelles de stock-cars et de monoplaces ont toujours la cote auprès des puristes, une toute nouvelle clientèle a convergé vers le circuit urbain du parc de l'Exposition depuis 2014.

Pour une deuxième année consécutive, le GP3R présentera donc deux courses d'envergure sur autant de fins de semaine. Lors du premier week-end d'activités à partir du 5 août, les vedettes internationales du rallycross seront chargées d'animer le spectacle.

Parmi eux, on retrouvera entre autres l'excellent Petter Solberg, maître dans l'art de piloter ces bolides de 600 chevaux, comme le prouvent ses deux titres mondiaux.

Mais le Norvégien, qui n'a pas été en mesure de répéter ses exploits de 2014 l'an dernier à Trois-Rivières, aura fort à faire s'il veut reconquérir sa couronne canadienne.

La star mondiale Ken Block, véritable phénomène des réseaux sociaux et idole de millions de jeunes amateurs de sports extrêmes, a confirmé en janvier qu'il participerait à toutes les manches du championnat, un véritable cadeau du ciel pour la firme IMG et les directeurs généraux des courses, dont Dominic Fugère du GP3R.

À Block et Solberg s'ajoute le Français Sébastien Loeb, le vieux sage de la discipline qui se balade avec neuf conquêtes du championnat du monde de rallye. Loeb prête son nom à un jeu vidéo développé par la compagnie italienne Milestone. On parle donc d'un autre poids lourds dans l'industrie de la course automobile, d'autant plus qu'il devrait arriver avec un fan club, selon Dominic Fugère.

Malgré la présence des meilleurs pilotes européens et de l'Américain Block, il ne faudrait pas oublier que Québécois ont aussi connu leur part de succès à Trois-Rivières depuis 2014. Patrick Carpentier a participé à la finale de la catégorie reine il y a deux ans, tandis que Andrew Ranger a fait bonne figure dans la classe RX Lites, lui qui est aussi abonné aux podiums en NASCAR.

Le Trifluvien Louis-Philippe Dumoulin avait tenté sa chance l'été dernier, mais l'expérience a été plus ou moins concluante avec une voiture nettement moins compétitive pour suivre le peloton. Il sera intéressant de voir si d'autres pilotes d'ici auront l'occasion de tester ces puissantes voitures au mois d'août.

Le circuit hybride composé d'asphalte et de terre battue, qui emprunte une portion du tracé traditionnel et une partie de la piste à l'Hippodrome 3R, est unique au sein du calendrier du Rallycross RX.

La fin de semaine prévoit d'autres compétitions de sports extrêmes, dont celle des véhicules côte à côte. Pour la première fois, des motos défieront le circuit avec le Cogeco AMA Supermoto. La drift sera aussi à l'honneur, cette démonstration ayant été très appréciée des spectateurs l'an passé, avec en tête la présence de Vaughn Gittin Jr.

Quelques jours après le départ des voitures rallycross, ce sont les stock-cars qui prendront d'assaut la cité de Laviolette. Encore là, l'action ne manquera pas.

La série NASCAR Pinty's constitue sans contredit l'épreuve reine - les loges sont déjà presque toutes vendues -, mais les courses du Championnat canadien de voitures de tourisme (CTCC) et de la Coupe Nissan Micra ont offert un spectacle enlevant ces dernières années, à l'instar des monoplaces de la Formule 1600, dernières représentantes de cette catégorie de voitures à Trois-Rivières.

Finalement, les amateurs de Sport-Prototypes seront heureux de renouer avec cette classe de véhicules, 13 ans après leur dernière présence en Mauricie. La Série Mazda Prototypes Lites offre la chance aux jeunes pilotes de s'orienter vers les prototypes roulant aux 12 heures de Seibring, au Rolex 24 de Daytona ou encore au 24 Heures du Mans.

Les étoiles de demain, les pilotes locaux et québécois de même que des vedettes mondiales vont donc se côtoyer lors de ce 47e GP3R, dont les activités feront vibrer le parc de l'Exposition et le centre-ville trifluvien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer