Un Dragao revu et amélioré pour 2016

«Oui, ç'a été un très beau succès l'été... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

«Oui, ç'a été un très beau succès l'été dernier mais je veux quand même faire mieux, je veux que ce soit impeccable» - Bryan Perro

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Bryan Perro a beau être abonné au succès, celui qu'il a obtenu avec Dragao l'an dernier et sa succession de salles combles est quand même exceptionnel. Ça n'a nullement empêché le metteur en scène de remettre son métier sur l'ouvrage pour améliorer le spectacle.

«On a fait du travail sur plusieurs éléments question d'offrir une amélioration globale du spectacle. J'ai resserré le rythme quelque peu, retravaillé les numéros de cirque pour les rendre plus signifiants à l'intérieur du spectacle et resserré au niveau de l'interprétation», confiait l'auteur et metteur en scène il y a quelques jours.

«Oui, ç'a été un très beau succès l'été dernier mais je veux quand même faire mieux, je veux que ce soit impeccable. Ceux qui l'ont vu en 2015, s'ils reviennent, ils vont dire "Wow!". Je ne sais pas s'ils vont identifier clairement les différences mais ils vont constater que c'est meilleur. Comme on change plusieurs de nos artistes de cirque à chaque année je dois aussi l'adapter en fonction de nos nouveaux interprètes.»

Par ailleurs, si le public a adhéré avec enthousiasme au spectacle, le metteur en scène pose toujours un oeil plus critique sur son oeuvre.

«Pour moi, il y avait certaines faiblesses que le public n'a pas vues nécessairement. Je savais que je pouvais changer de petites choses ici et là. En 2015, c'était une excellente première version dont je suis très heureux mais la version 2 sera supérieure. Déjà, je pense que Dragao était un meilleur spectacle que Amos Daragon: la première aventure.

Ce serait bien plate qu'à force de jouer à un jeu, on ne devienne pas un meilleur joueur, n'est-ce pas? Amos Daragon: la première aventure était le premier show qui était de moi de A à Z et j'y ai beaucoup appris. C'est normal qu'on se soit améliorés: on connaît mieux le plateau de la Cité de l'énergie et je pense qu'on l'utilise nettement mieux dans ce spectacle.»

Il ne faut pas oublier la raison première de cette amélioration: le temps de préparation. La première aventure a été créée en sept mois; Dragao a connu une gestation d'un an et demie, c'est une différence considérable.

Le succès public est sans doute un amalgame de facteurs favorables mais la qualité du spectacle a été déterminante selon Bryan Perro.

«Le bouche à oreille favorable a joué un grand rôle dans le succès de l'an dernier. Par ailleurs, le travail de Tourisme Mauricie et Tourisme Shawinigan a été fantastique pour nous et l'ensemble de l'industrie touristique dans notre coin. Ils travaillent très bien le volet touristique à Shawinigan et on en a certainement récolté les fruits l'an dernier.»

Les répétitions pour l'édition 2016 de Dragao commenceront le 10 juin ce qui donnera le temps nécessaire au metteur en scène pour appliquer ses changements.

«À ce titre-là, je dois avouer que je suis super chanceux parce que j'ai environ 70 % de mon équipe de l'an dernier qui revient. J'en suis tellement content! On va pouvoir travailler beaucoup plus vite simplement grâce à ça. Ceux qui reviennent connaissent le spectacle, sa mécanique, les transitions, ils savent où sont les costumes, etc. Il s'agit simplement de les plonger dans le bain pour qu'ils retrouvent leur repères.»

«En plus, ils vont être en mesure d'aider les nouveaux par de petits conseils, des trucs pour les aider à assimiler certains détails de chorégraphies ou d'interprétation. Pour moi qui travaille énormément en enchaînements, c'est très précieux. Ça allège le travail de la chorégraphe aussi, forcément. En bout de ligne, ça fortifie toute l'équipe.»

Le succès de l'an dernier pèsera forcément sur les épaules des producteurs condamnés à ne pouvoir faire mieux en termes d'achalandage.

«Je pense qu'on peut espérer faire aussi bien, cependant, dit Perro. On bénéficie d'un fantastique bouche à d'oreille qui est très porteur. Également, de nombreuses personnes m'ont dit qu'ils auraient voulu voir le spectacle l'été dernier mais n'ont pas pu trouver de billets. Sans compter qu'on peut penser que des parents ou grands-parents seront tentés de le revoir pour faire plaisir à leurs enfants et je pense qu'ils y trouveront eux-même beaucoup de plaisir encore.»

«Si tu aimes ce genre de spectacle plein de fantaisie et de merveilleux, c'est à peu près incontournable. On est devenu une grosse destination famille. J'ai vu énormément de gens de 50 ans et plus y amener leurs petits-enfants.»

Les trente-cinq représentations de 2016 s'échelonneront du 5 juillet au 20 août, du mardi au samedi inclusivement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer