Tout écartillé à Trois-Rivières

Robert Charlebois n'a pour le moment vu que... (La Presse)

Agrandir

Robert Charlebois n'a pour le moment vu que la scène où aura lieu le spectacle Tout écartillé.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Forts du succès connu lors de l'été 2015 avec la présentation du spectacle Le monde est fou en hommage à Beau Dommage, le Cirque du Soleil et l'Amphithéâtre Cogeco récidiveront cet été, avec la présentation du second spectacle de la série Hommage, en s'attardant cette fois à l'univers éclaté et poétique de Robert Charlebois.

Tout écartillé connaît d'ailleurs déjà un bel engouement, alors qu'au 26 avril, plus de 50 % des billets avaient déjà été vendus. Mais même sans connaître le nom ni le concept du spectacle, juste en apprenant que le Cirque du Soleil rendrait hommage à Robert Charlebois, pas moins de 40 % des billets s'étaient déjà envolés lors de l'annonce du titre Tout écartillé et la présentation de l'équipe de production, à la mi-mars.

Le spectacle de 75 minutes regroupera plus de 25 artistes du Cirque du Soleil sur scène. Du 13 juillet au 13 août, ce sont vingt représentations qui seront au programme quatre soirs par semaine, soit du mercredi au samedi.

Directement inspirée de l'album enregistré en 1968 avec Louise Forester, la trame du spectacle racontera l'histoire d'un aviateur récréo-futuriste en quête du perpétuel voyage, même jusqu'à l'infini.

Pour dépeindre cet univers éclectique et ébouriffé, le directeur musical Jean-Phi Goncalvez a pris le pari de réenregistrer les trames ainsi que les voix des oeuvres de Robert Charlebois, un exercice auquel l'artiste a accepté de se prêter avec plaisir, mais également sans trop savoir à quoi s'attendre.

Car si Robert Charlebois sait que le Cirque du Soleil lui rendra hommage, il n'a pour le moment vu que la scène où se déroulera cet hommage, et rien d'autre. «Tout ce que j'ai vu, c'est le lieu. (...) Au Cirque du Soleil, c'est leur spécialité de meubler les grands espaces pour qu'on en ait plein la vue», a-t-il récemment confié au Nouvelliste.

Lors de son passage à Trois-Rivières, le metteur en scène de Tout écartillé, Jean-Guy Legault, avait spécifié qu'il était en excellente position pour concevoir le spectacle, lui qui avait pris ses aises à l'Amphithéâtre Cogeco l'an dernier avec la conception de Le monde est fou.

«Le regard du point de vue du spectateur est différent. L'avantage, c'est qu'on sait ce qui marche mieux, ce qui est plus impressionnant pour le public. Nécessairement, on prend encore des risques, mais on contrôle mieux les artifices et on peut utiliser des éléments que nous étions peut-être plus frileux d'aller chercher l'an dernier. L'univers de Charlebois nous le permet aussi», avait-il confié.

De son côté, le directeur général de la Corporation des événements, Steve Dubé, avance que quiconque viendra à l'Amphithéâtre Cogeco à l'été 2016 vivra déjà une expérience différente de l'an dernier.

«Juste de venir à l'amphithéâtre, c'est un spectacle en soi. Et cette année, les aménagements extérieurs seront complétés. C'est un site majestueux, qui donne plus d'ampleur à l'expérience», confie-t-il.

Quand au spectacle, le public peut s'attendre à une expérience totalement différente de l'an dernier, souligne M. Dubé.

«Le répertoire de Beau Dommage était complètement différent de celui de Charlebois. On va connaître une ambiance plus rock, plus provocatrice. C'est un univers totalement différent, une nouvelle expérience que les gens ne doivent absolument pas rater», croit-il.

L'an dernier, pas moins de 64 000 billets ont été vendus pour les 20 représentations de «Le monde est fou», soit plus de 98 % des billets disponibles. L'équipe de l'Amphithéâtre Cogeco espère bien pouvoir répéter cet exploit cette année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer