Le Centre d'aventure Mattawin vise le tourisme international

Le Centre aventure Mattawin est notamment reconnu pour... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Centre aventure Mattawin est notamment reconnu pour ses excursions de rafting.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'actionnaire majoritaire du Centre d'aventure Mattawin est maintenant français. L'entreprise 66 Nord, une filiale d'ALTAI qui se spécialise dans le tourisme d'aventure dans les régions nordiques, investit dans l'entreprise de la région afin d'offrir à des touristes internationaux une nouvelle destination québécoise.

Le directeur général du Centre aventure Mattawin, Erick... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le directeur général du Centre aventure Mattawin, Erick Duchesneau.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

La direction du Centre d'aventure Mattawin était très heureuse mercredi d'annoncer ce nouveau partenariat avec 66 Nord.

L'association avec ce tour opérateur français - qui offre déjà des voyages dans les pays scandinaves, en Islande, en Alaska ou encore en Mongolie (pour ne nommer que ces destinations) - laisse présager de belles opportunités de développement pour l'entreprise de Trois-Rives. C'est la première fois que ce tour opérateur français s'associe à une entreprise du Canada.

«Ça va nous permettre d'avoir accès plus facilement à des fonds pour être capable de se développer comme on voulait le faire. Ça prend beaucoup d'argent. Et dans le contexte économique que nous sommes présentement, c'était plus difficile d'investir, ce n'était pas vraiment pensable.

Avec ce nouvel actionnaire, on va être capable de regarder vers l'avenir et de se développer», explique le directeur général du Centre aventure Mattawin, Erick Duchesneau.

«Je ne voulais pas avoir un partenaire qui vient construire une auberge cinq étoiles. Ce n'est pas le produit qu'on veut offrir.»

L'arrivée de ce nouveau joueur entraînera des investissements de 350 000 $ au cours des trois prochaines années. Le Centre d'aventure Mattawin pourra ainsi construire trois écotentes ainsi que trois nouveaux chalets, rénover des chalets de même que le refuge Baker, agrandir le camping et y apporter quelques améliorations, acheter de l'équipement de plein air et un minibus ainsi que mettre en place un chenil pour les randonnées de traîneaux à chien, une expérience très prisée par les touristes européens.

D'ailleurs, les produits offerts par 66 Nord attirent une bonne clientèle de la France, mais aussi de la Chine. «Les touristes Chinois s'intéressent actuellement beaucoup au Canada et aux États-Unis», précise M. Duchesneau.

Ce nouveau partenariat ne change en rien l'identité du Centre d'aventure Mattawin. Il était important, note M. Duchesneau, de ne pas «dénaturer le centre». Les amateurs de plein air du Québec, qui demeure la clientèle la plus importante de l'endroit, s'y sentiront donc toujours à l'aise. Les touristes internationaux s'intéressent toutefois beaucoup aux activités hivernales, alors que le centre est normalement moins fréquenté durant la saison froide.

«L'hiver nous étions déjà moins connus, car nous travaillons déjà avec une clientèle internationale, mais elle était beaucoup plus difficile à aller chercher. Comme 66 Nord a beaucoup d'agences en France et ailleurs, ils vont nous envoyer directement les clients», souligne le directeur général du Centre d'aventure Mattawin.

Ces touristes internationaux représentent d'importantes retombées économiques pour l'entreprise de Trois-Rives. Une simple visite sur le site Internet de 66 Nord le démontre bien. Le prix des voyages d'aventure de dix jours pour le Québec à partir de la France commence à près de 2700 $ pour deux personnes.

«Il s'agit d'une clientèle qui paye les gros sous. C'est quand même dispendieux venir au Québec. Ils s'attendent donc à avoir un service de qualité et des équipements en bon état. Ils ont des exigences plus élevées que celles de la clientèle que nous avons normalement», note M. Duchesneau.

Autre nouveauté, la responsabilité des circuits de minibus au Canada de 66 Nord revient au Centre aventure Mattawin. Ceci pourrait entraîner de belles possibilités d'affaires pour l'entreprise de Trois-Rives.

Si le Centre aventure Mattawin travaille actuellement à stabiliser les emplois saisonniers, sa direction avoue qu'elle aimerait pouvoir embaucher davantage de personnes. L'été, l'entreprise emploie une vingtaine de travailleurs.

«Nous avons beaucoup d'emplois saisonniers, mais on aimerait les rendre plus intéressants», précise M. Duchesneau. «Nous sommes chanceux, nous avons des employés qui sont avec nous depuis 15 ou 20 ans. Mais c'est de plus en plus difficile de les garder dans un contexte comme le nôtre. Nos employés auront la possibilité de travailler pour le groupe, même à l'international.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer