L'Office de tourisme de Bécancour largué

La présidente de l'Office de tourisme, Jasmine Hébert,...

Agrandir

La présidente de l'Office de tourisme, Jasmine Hébert, évoque dans une lettre plusieurs conséquences à la fin du financement: exclure Bécancour et sa région comme une destination à congrès, engendrer des pertes directes de revenus, accentuer les difficultés auprès des entreprises, couper l'accès au développement de projet rassembleur et mettre en péril la Route des Navigateurs.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Né dans la douleur en 2013, l'Office de tourisme de Bécancour pourrait bien disparaître en douceur alors que la MRC de Bécancour vient de mettre fin à son financement de 107 000 $.

N'eut été de l'intervention publique du maire de Saint-Pierre-les-Becquets, Yves Tousignant, lors de l'adoption du budget, cette décision unanime serait passée sous silence. 

«La MRC se retire de l'Office de tourisme», a-t-il tenu à faire savoir autour de la table des maires, par souci de transparence, ce qui venait expliquer, du même coup, le transfert de l'enveloppe au Fonds de développement des municipalités qui atteint désormais plus de 300 000 dollars.

Créé dans la controverse, l'Office de tourisme et de congrès de Bécancour vivait déjà à l'heure des compressions. Mais sa survie dépendant dorénavant du bon vouloir de chacune des municipalités, on parle déjà en coulisse de la dissolution de l'organisme. 

D'ailleurs, sa présidente, Jasmine Hébert, a déjà mis en garde les élus des impacts négatifs d'une telle prise de position. «Mettre un terme à notre entente touristique risque de causer plus de pertes financières à court et moyen terme au sein de notre milieu», écrit celle qui, tout en disant comprendre les contraintes budgétaires des municipalités, énumère les différente vertus d'un office de tourisme.

Dans une lettre adressée au préfet Mario Lyonnais, elle évoque plusieurs conséquences à la fin du financement de l'Office: exclure Bécancour et sa région comme une destination à congrès, engendrer des pertes directes de revenus, accentuer les difficultés auprès des entreprises, couper l'accès au développement de projet rassembleur et mettre en péril la Route des Navigateurs. Sans compter, dit-elle, «la baisse importante de notre attractivité touristique».

«Le tourisme est une industrie porteuse générant d'importantes retombées économiques chez nous, plus de 41 millions de dollars annuellement en dépenses touristiques dans les entreprises et elle est créative d'emplois, 896 emplois dans la MRC de Bécancour», plaide Mme Hébert.

Selon elle, la présence d'un office de tourisme est reconnue à travers le monde pour son travail, notamment par l'accueil touristique, la venue et la rétention des visiteurs.

«Ne pas lui donner les outils nécessaires pour atteindre ses objectifs représente automatiquement une difficulté supplémentaire dans l'exploitation de nos entreprises respectives et une immense perte comme destination qui se veut touristique», prévient-elle.

Avec le démantèlement potentiel de l'Office de tourisme et de congrès, le maire Jean-Guy Dubois assure «qu'il y aura du tourisme à Bécancour». «Au lieu d'être imposé à tout le monde, il y aura des ententes», a-t-il laissé entendre.

Le conseil des maires de la MRC a donc adopté un budget de 2,3 millions $ pour l'année 2016. Les quotes-parts qui sont versées par chacune des municipalités sont diminuées de 208 287 $, soit une baisse de 11,4 %.

Toutefois, la MRC de Bécancour conserve la même enveloppe budgétaire qu'en 2015 pour le développement économique et la structure du CLD est maintenue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer