Une nouvelle mesure bien accueillie

La future Alliance de l'industrie touristique du Québec... (Archives, Émilie O'Connor)

Agrandir

La future Alliance de l'industrie touristique du Québec aura le mandat de promouvoir les attraits du Québec à l'extérieur de la province afin d'attirer des citoyens d'ailleurs au Canada, ainsi que des Américains du nord-est et des Européens francophones.

Archives, Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La volonté du gouvernement du Québec de confier à un nouvel organisme la promotion touristique à l'extérieur du Québec est applaudie par la direction des Associations touristiques régionales de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

André Nollet, directeur général de l'ATR Mauricie.... (Olivier Croteau) - image 1.0

Agrandir

André Nollet, directeur général de l'ATR Mauricie.

Olivier Croteau

Yves Zahra, directeur général de Tourisme Centre-du-Québec.... (Photo d'archives) - image 1.1

Agrandir

Yves Zahra, directeur général de Tourisme Centre-du-Québec.

Photo d'archives

La future Alliance de l'industrie touristique du Québec aura le mandat de promouvoir les attraits du Québec à l'extérieur de la province afin d'attirer des citoyens d'ailleurs au Canada, ainsi que des Américains du nord-est et des Européens francophones. André Nollet, directeur général de l'ATR Mauricie, souhaite de tout coeur que le projet de loi annoncé pour ce plan soit adopté comme prévu d'ici Noël.

«L'alliance, c'est le regroupement des ATR avec les associations sectorielles comme la Fédération des pourvoiries, la Fédération de l'écotourisme, etc. Le troisième joueur est l'Association québécoise de l'industrie touristique. On va tous se fusionner pour opérer la promotion hors Québec. C'est une très bonne nouvelle, car on décriait la façon de faire du ministère du Tourisme. Les fonctionnaires ne peuvent se virer de bord vite, car ils ont à faire face à des obligations gouvernementales. Maintenant, ça va reposer sur nos épaules et on pense qu'on sera plus efficace. Ça fait des années qu'on réclamait ça et la ministre a le courage de passer à l'action», lance M. Nollet.

La création d'une seule entité touristique simplifiera les choses pour le fonctionnement du travail. Un seul organisme, chapeauté d'un seul conseil d'administration, aura la responsabilité de promouvoir le Québec à l'extérieur. La naissance de l'alliance facilitera aussi la vie des entreprises du secteur. Celles-ci pourront devenir membre d'un seul regroupement au lieu de payer des cotisations à deux ou trois associations.

«On aura un seul organisme qui sera représentatif, se réjouit Yves Zahra, directeur général de l'ATR du Centre-du-Québec. On a de très bonnes raisons de demander cette alliance: la flexibilité et l'adaptabilité. Par exemple, si on avait prévu investir beaucoup en promotion du côté de l'Europe et qu'une crise survient là-bas, on est capable de changer notre fusil d'épaule. L'argent prévu à cet endroit sera réinvesti dans un autre marché.»

Les ATR demeurent

L'annonce effectuée mardi par la ministre Dominique Vien prévoit que les ATR devront fournir 10 millions de dollars dans la cagnotte réservée à l'alliance. Contrairement à ce que cette annonce a pu laisser croire, le financement de base des ATR ne doit pas être touché: la part de 10 millions $ que devront fournir les ATR résultera de la standardisation à 3,5 % du taux de taxation à l'hébergement.

Actuellement, des régions demandent entre 2 $ et 3  $ par nuitée, alors que d'autres régions réclament plutôt 3 % des frais d'hébergement. L'uniformisation de cette taxe apportera environ 10 millions de dollars de plus que les 50 millions actuellement récoltés via la taxe d'hébergement.

«On va continuer à recevoir la subvention de base, affirme André Nollet. Il n'y a pas de coupe de postes chez nous. Ce qui va changer, c'est que des gens vont siéger à des comités de la nouvelle alliance pour participer à la mise en route d'un plan marketing.»

Même son de cloche du côté de l'ATR du Centre-du-Québec. Yves Zahra précise que les ATR vont conserver leur mandat et faire la promotion du secteur touristique à l'intérieur du Québec. Selon lui, les revenus découlant de la standardisation du taux de la taxe d'hébergement apporteront de l'argent neuf qui sera très utile dans la commercialisation du produit.

«Il faut être dynamique pour concurrencer les nombreux pays qui sont très agressifs en tourisme. Il faudra aussi aider les entreprises dans leur développement, dans leur financement, des garanties de prêt. Le gouvernement aurait de l'argent pour ça.»

La Mauricie devrait verser autour de 275 000 $ dans la cagnotte provinciale de 10 millions $, alors que la part du Centre-du-Québec devrait être d'environ 130 000 $.

L'alliance devrait entrer en scène en avril 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer