La fébrilité avant le jour J à l'Amphithéâtre Cogeco

Steve Dubé, directeur général de la Corporation des... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Steve Dubé, directeur général de la Corporation des événements de Trois-Rivières.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les attentes sont grandes. La population a d'abord suivi le dossier de l'amphithéâtre, de la suggestion de sa création jusqu'à sa construction. Alors que l'infrastructure se concrétisait dans le paysage, la corporation qui la gère annonçait en octobre dernier que nul autre que le Cirque du Soleil s'y installerait à l'été, le temps de 20 représentations d'un spectacle exclusif. Puis en février, le contenu dudit spectacle était dévoilé: il s'agira d'un hommage au groupe Beau Dommage.

La venue du Cirque du Soleil à Trois-Rivières a avivé l'enthousiasme des intervenants du milieu touristique de la région, qui voient le spectacle proposé à l'Amphithéâtre Cogeco comme une locomotive susceptible d'attirer son lot de visiteurs pour la saison estivale. Du 15 juillet au 15 août, Le monde est fou réunira sur scène 25 artistes qui feront revivre la musique par le filtre des arts du cirque l'univers d'un des groupes-phares de la culture populaire québécoise.

À moins de deux mois de la première du spectacle, comment le directeur général de la Corporation des événements de Trois-Rivières, Steve Dubé, anticipe-t-il l'ouverture de l'amphithéâtre, et comment compose-t-il avec la pression de ne pas décevoir? «Mon équipe et moi sommes extrêmement fébriles. La pression, on essaie de la transformer en motivation, en optimisme. C'est quelque chose de bien stimulant. On a hâte de mettre toute cette énergie-là en action!» répond-t-il.

«On a hâte que les gens découvrent l'amphithéâtre, les lieux, le spectacle. Il y a beaucoup de curiosité de la part des gens et on a hâte de leur faire vivre l'expérience», ajoute-t-il. Steve Dubé insiste sur cet aspect de l'«expérience client» quand il parle de l'amphithéâtre en général. «On met beaucoup d'énergie sur le service à la clientèle. On veut que les gens vivent une belle expérience. On veut qu'ils se sentent privilégiés quand ils viennent chez nous.»

Pour ce qui est du spectacle comme tel, M. Dubé croit qu'il plaira à ce qu'on nomme le «grand public». «On voulait un produit d'appel, un spectacle qui parle à tout le monde, à toutes les tranches d'âge», dit-il. Le directeur de la Corporation des événements de Trois-Rivières observe que la notoriété du Cirque du Soleil séduit en soi une bonne part du public potentiel. L'hommage à Beau Dommage porte aussi un côté rassembleur et suffisamment intergénérationnel pour attirer les spectateurs.

«Même mes enfants connaissent Beau Dommage, qui est souvent ressorti à la Saint-Jean-Baptise, par exemple. Les gens qui ont aimé Beau Dommage à l'époque où le groupe était populaire ont hâte au spectacle, et ont hâte aussi de le faire découvrir à leurs enfants C'est un partage qui se fait entre les générations. C'est une musique qui a bien traversé le temps et qui revivra par la magie du Cirque du Soleil», commente Steve Dubé.

À ce jour, 53 % des acheteurs des billets pour le spectacle proviennent de l'extérieur de la région. Les représentations d'une durée de 75 minutes sont au calendrier du mercredi au samedi inclusivement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer