Incertitude à la Cité de l'énergie: «Ça ne passe pas du tout»

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Si jamais Hydro-Québec décidait de ne pas renouveler son partenariat avec la Cité de l'énergie pour la gestion du secteur historique, il s'agirait d'un véritable affront à Shawinigan selon le maire, Michel Angers, qui rappelle que les trois barrages sur son territoire rapportent 44 millions de dollars dans les coffres de la société d'État à chaque année.

La tiédeur manifestée par Hydro-Québec dans ce dossier provoque des réactions dans la région. Dans notre édition de mardi, une porte-parole mentionnait qu'en raison du contexte budgétaire, la société d'État prenait bien soin d'analyser cette entente. Depuis 1997, cette dernière permet à la Cité de l'énergie de prendre en charge les touristes et les écoliers pour la visite des centrales de la Northern Aluminium Company et de Shawinigan-2.

Quelques centaines de milliers de dollars sont rattachés à cette enveloppe et le directeur général de l'attraction touristique par excellence à Shawinigan, Robert Trudel, ne peut s'imaginer se passer de ce montant sans conséquence pour son offre.

«C'est pourtant une excellente initiative pour l'image d'Hydro-Québec», indique le maire, qui siège également comme vice-président au conseil d'administration de la Cité de l'énergie.

«Qu'on hésite à reconduire un financement, j'en suis extrêmement étonné. J'ai fait un décompte avec les chiffres d'Hydro-Québec et les trois barrages font en sorte que cette société donne, année après année, 44 millions $ au gouvernement du Québec, un montant net. Ça commence à être de l'argent.»

«Malheureusement, on n'a pas un sou de redevance. En plus, il faudrait faire partie de ceux qui se font serrer la ceinture? Ça ne passe pas du tout. Il y a des limites à piger dans notre poche.»

M. Angers interpellera les représentants libéraux de la région sur cet enjeu, particulièrement le député de Saint-Maurice, Pierre Giguère et le ministre responsable de la Mauricie, Jean-Denis Girard. Ce dernier n'était pas disponible pour commenter ce dossier mardi.

Le maire de Shawinigan ne doute pas un instant de la bonne volonté des députés de la région. Il se questionne toutefois sur leur poids au gouvernement.

«Je sais que les efforts sont là», constate-t-il. «Ils poussent les dossiers. Est-ce qu'ils ont une écoute? C'est l'autre grande question. Ce sera à vérifier.»

Impact touristique

Le directeur général de Tourisme Mauricie, André Nollet, ne prend guère à la légère la réserve d'Hydro-Québec.

«Je ne suis pas sûr qu'on s'y prenne de la bonne façon, en coupant aux bons endroits», craint-il. «Quand on demande à une société d'État d'être plus performante, ça ne signifie pas de couper un soutien en place depuis plusieurs années. Alors qu'Hydro-Québec retire des profits énormes de l'harnachement de la rivière Saint-Maurice, elle fait une autre démonstration que cette société agit en vase clos.»

«De toute façon», glisse M. Nollet, «vous devez vous douter de ce que je pense d'Hydro-Québec...»

Rappelons que dans le dossier du balisage de la rivière Saint-Maurice pour permettre la navigation entre Shawinigan et La Tuque, Tourisme Mauricie militait en faveur d'un débit contrôlé pour assurer un passage sécuritaire en tout temps aux plaisanciers. Jusqu'à maintenant, la société d'État se contente de fournir des données sur le débit de la rivière entre juin et septembre, sans plus.

M. Nollet semble convaincu que Robert Trudel ne bluffe pas lorsqu'il mentionne que la fin du partenariat avec Hydro-Québec pourrait sérieusement nuire à l'offre de la Cité de l'énergie.

«Les groupes scolaires, ça représente une manne», indique-t-il. «C'est difficile d'avoir un musée rentable et ce soutien financier lui permet de faire ces activités. Ça lui couperait donc les ailes sur un volet important.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer