Hausse de 25 % de la clientèle à Boréalis

Boréalis a connu une spectaculaire hausse de près... (Photo d'archives: Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

Boréalis a connu une spectaculaire hausse de près de 25 % de sa clientèle en 2014.

Photo d'archives: Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

Les plus importants musées de la Mauricie ont connu des destins bien différents les uns des autres en 2014. Pendant que certains ont enregistré une hausse considérable de la fréquentation, d'autres constatent une baisse.

La venue de bateaux de croisière a beaucoup... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

La venue de bateaux de croisière a beaucoup joué dans l'augmentation de fréquentation au Musée des Ursulines.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Les chiffres les plus impressionnants appartiennent au musée Boréalis qui a connu une spectaculaire hausse de près de 25 % de sa clientèle au cours de l'année en comparaison de l'année 2013, passant de quelque 31 000 entrées à près de 38 000. «C'est évidemment notre plus importante hausse annuelle, de commenter la directrice Valérie Bourgeois. À chaque mois, on a battu le mois correspondant de l'année dernière. En juillet et août, on a même atteint la limite de notre capacité d'accueil à plusieurs reprises, ce qui nous arrivait pour la première fois. Ça nous force à repenser notre structure d'accueil en fonction des gros mois de 2015.»

La directrice explique notamment ce succès par la diversité des activités qu'on présente à Boréalis en marge de l'exposition permanente et qui attirent une importante clientèle locale mais aussi par la nature de l'expérience qu'on propose aux visiteurs. «La tendance dans le monde muséal va vers l'expérience pour les visiteurs et ç'a été notre orientation depuis le début. Le visiteur est un participant à une expérience et les gens l'apprécient. Il ne faut pas négliger non plus le fait que nous étions inscrits dans un forfait de Tourisme-Mauricie en 2014 qui incluait le spectacle de Québec Issime et l'expositionLa Petite Vie. Ç'a été l'occasion pour plusieurs touristes de nous connaître. On a touché à un public qu'on n'atteignait pas dans le passé.»

Hausse considérable également du côté du Musée des Ursulines où on a reçu environ 10 % de plus de visiteurs en 2014 que l'année précédente pour une fréquentation se situant autour de 8000 personnes par année. La directrice Josée Grandmont constate que la venue de bateaux de croisière a beaucoup joué dans cette augmentation. «Quand les bateaux arrivent, les passagers voient immédiatement la coupole de la chapelle et sont attirés. Comme nous sommes à proximité et que la clientèle de ces navires est souvent constituée de gens d'un certain âge, ils vont d'abord visiter les attractions les plus proches. De notre côté, nous les attirons en ouvrant les portes de la chapelle et en s'assurant qu'un organiste joue à l'intérieur. Ça fonctionne très bien d'autant qu'une clientèle locale venue voir les navires au port s'ajoute aux croisiéristes pour nous visiter. Comme on verra davantage de bateaux au cours de la prochaine année, ça devrait être très positif pour nous. Globalement, nous avons aussi diversifié nos activités avec succès.» Elle en veut pour exemple les deux concerts présentés dans la chapelle des Ursulines qui a fait salle comble à chaque fois.

Au Musée québécois de culture populaire, l'année 2014 a été en baisse par rapport à 2013 mais il faut bien comprendre que cette dernière a été très exceptionnelle à cause du succès remporté par l'exposition La Petite Vie, un succès record pour le musée. On avait alors atteint un chiffre global de 75 000 visiteurs pour l'année. Or, en 2014, on parle d'environ 65 000 personnes ce qui représente une hausse considérable si on compare aux chiffres des années avant 2013 qui affichaient une moyenne autour de 50 000 visiteurs.

Le directeur de l'institution, Yvon Noël, attribue ces chiffres encourageants à la notoriété plus grande du musée dans la population grâce notamment au grand succès deLa Petite Vie. «Cette exposition nous a mis sur la carte nationale mais a aussi eu un impact dans la communauté régionale, soutient-il. Depuis environ six mois, je sens que quelque chose a changé et on perçoit que les gens nous connaissent mieux. Nous avons aussi augmenté notre présence dans la communauté par différentes activités et on commence, là aussi, à sentir les résultats.»

Sur la rive sud, le Musée des religions du monde de Nicolet a connu une stabilité dans sa fréquentation de 2014 en comparaison de l'année précédente. Il s'agit donc d'une bonne année mais la direction ne peut s'empêcher de ressentir une certaine déception parce qu'on misait beaucoup sur le succès de l'exposition rappelant la visite du pape Jean Paul II dans la région en 1984 avec la papemobile en vedette. Or, elle n'a pas suscité un achalandage supérieur à la moyenne, probablement parce qu'elle sera en montre jusqu'en septembre 2015, ce qui a pu inciter les gens à retarder leur visite.

Dans le cas de la Cité de l'énergie, à Shawinigan, c'est carrément une baisse de clientèle qu'on constate en 2014. Le directeur général Robert Trudel calcule la baisse de 2014 à environ 5 % sur les 120 000 personnes qui avaient franchi les guichets de l'institution en 2013. Pour ce qui est des causes, on reste dans les hypothèses. «La mauvaise température n'a pas aidé et on sent bien que globalement, les gens sont moins riches. Juillet n'a pas été bon et on sait que la météo a été embêtante pendant ce mois. Par ailleurs, on voit de plus en plus de gros événements à Montréal et Québec qui prennent beaucoup de notre clientèle potentielle. Heureusement, nous avons connu un très bon mois d'août qui a amené une hausse de 10 % à 12 % par rapport à août 2013. Ça a permis de limiter les dégâts.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer