Croisières: Québec n'a pas d'argent pour Trois-Rivières

La ministre québécoise du tourisme, Dominique Vien.... (Photo: Gabriel Delisle, Le Nouvelliste)

Agrandir

La ministre québécoise du tourisme, Dominique Vien.

Photo: Gabriel Delisle, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La ministre québécoise du Tourisme a profité de son passage à Trois-Rivières pour visiter le projet de l'amphithéâtre, le parc portuaire, le centre-ville ainsi que le quartier historique.

Dominique Vien s'est dite impressionnée par le potentiel touristique de la cité de Laviolette. Elle estime que cette ville peut très bien tirer son épingle du jeu en attirant davantage de croisières internationales, mais rappelle qu'il n'y a pas, pour l'instant, d'aide financière disponible pour favoriser cette industrie naissante en pleine expansion.

Cette industrie est en effet en pleine croissance sur le fleuve Saint-Laurent. Et en 2015, les navires de croisière seront encore plus nombreux à accoster au parc portuaire. Trois-Rivières a accueilli en 2014 plus de 3000 voyageurs et ce n'est qu'un début. On prévoit que plus de 7200 voyageurs arriveront au parc portuaire en 2015 à bord de ces imposants navires, car le nombre d'escales passera de 4 à 17 pour cette même période.

L'organisme Tourisme Trois-Rivières voit en cette augmentation de belles possibilités économiques notamment pour les commerçants du centre-ville. De plus, la présentation d'un spectacle unique du Cirque du Soleil à l'amphithéâtre risque de séduire les tours opérateurs qui planifient les croisières.

Le coordonnateur au tourisme d'affaires et aux croisières à Tourisme Trois-Rivières, Jean Perron, avoue que son organisme travaille à l'élaboration d'un projet de poste d'accueil permanent au parc portuaire. L'idée est de profiter d'un bâtiment adéquat pour accueillir les voyageurs et leur faire découvrir les attraits de Trois-Rivières ainsi que son marché des saveurs, normalement installés sous un chapiteau.

La ministre du Tourisme est d'avis qu'il s'agit d'un projet intéressant, mais elle affirme du même souffle que Québec n'a pas d'argent à consacrer à ces projets.

«Tout bon projet va avoir notre attention. Quand le moment sera venu et que nous aurons de l'argent, le dossier de Trois-Rivières devra être bien positionné. Il y a ici un enjeu de développement phénoménal. C'est exponentiel ce qu'on voit au niveau des croisières», soulignait la ministre lors de la conférence de presse tenue dimanche matin.

«Vers les années 2007 et 2008, il y a eu près de 50 millions $ d'investis dans six escales en région. Il reste trois endroits où il n'y a pas eu d'aide financière. Il y a Montréal, Québec et Trois-Rivières. Dans un deuxième temps de développement des infrastructures, nous allons nous concentrer sur ces trois escales.»

La ministre du Tourisme était accompagnée dimanche des députés de Trois-Rivières, Champlain et Maskinongé, Jean-Denis Girard, Pierre Michel Auger et Marc H. Plante.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer