Apôtre de la santé globale

Le Dr Samuel Blain... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Dr Samuel Blain

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

L'expression «santé globale» est récurrente dans le discours du Dr Samuel Blain, responsable de l'équipe d'intervention en soins de proximité qu'il a fondée en janvier 2014. En faisant des soins de proximité son cheval de bataille, ce médecin non conventionnel souhaite rejoindre les personnes les plus vulnérables de la société.

Le projet imaginé par le Dr Blain réunit le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec et les organismes Le Havre et Point de Rue. Il vise à offrir des soins multidisciplinaires aux personnes marginalisées, en amenant les services vers elles dans une sorte de pont entre l'institutionnel et la rue. 

Les intervenants des organismes communautaires observaient que la population en situation d'exclusion sociale ressentait souvent un mélange de méfiance, de peur et de résistance face au système de santé institutionnel. Cette clientèle négligeait souvent sa santé physique en se tenant loin de tout ce qui s'appelle ressource de santé officielle.

Le principe de la médecine de proximité tend une perche aux personnes exclues.

«Il faut faire une éducation à la consultation des ressources institutionnelles, décentralisées ou non. Auparavant, au-delà de la piste psychosociale, les travailleurs de milieu ne demandaient pas nécessairement quels étaient les problèmes de santé physique des gens. Maintenant, les gens leur parlent de différentes choses, dont la santé physique, et ils peuvent les référer», illustre le Dr Blain en évoquant l'action de l'équipe qui a aménagé des locaux de consultations médicales au Havre et à Point de Rue.

L'équipe est composée de deux médecins dont un résident, d'une infirmière et d'intervenants psychosociaux de soutien.

«La cause se résume autour de trois principes: l'inclusion sociale, la santé globale et la démocratisation des soins», formule le Dr Blain, en ajoutant que la coopération avec les organismes communautaires et le réseau de la santé officiel est une des clés du succès de l'équipe de soins de proximité de la région.

Les problématiques de santé mentale, de consommation et de criminalité sont parfois entremêlées dans les histoires de vie des gens qui fréquentent les organismes communautaires dédiés à l'itinérance et à la marginalité.

Traditionnellement, les problèmes de santé physique ne sont pas identifiés et traités par les intervenants communautaires, dont le mandat est autre. La complémentarité des expertises est donc au coeur de l'approche de la médecine de proximité.

Les intervenants de milieu peuvent identifier certains problèmes de santé physique et référer les usagers pour une première évaluation avec l'infirmière. Celle-ci est par la suite en mesure de les diriger vers les ressources appropriées à leur condition.

Les personnes vulnérables peuvent être accompagnées dans le système officiel pour traiter des problèmes en particulier. Outre le recours aux médecins généralistes et spécialistes du réseau de la santé, les personnes concernées peuvent aussi bénéficier d'une collaboration avec les cliniques de chiropratique et de podiatrie de l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Plus de 175 personnes ont été aidées par l'équipe de soins de proximité de la région depuis 2014.

Un autre projet sous-jacent dont le docteur Blain est fier est le déploiement de missions en Haïti pour constituer des équipes de soins de proximité avec des partenaires travailleurs de rue haïtiens. Le Dr Blain prendra part à un quatrième voyage en Haïti cet été pour poursuivre cette démarche de collaboration et de développement d'un projet de santé urbain.

Samuel Blain a complété un DEC en Sciences, lettres et arts au Cégep de Trois-Rivières, puis a poursuivi ses études en biophysique et en biochimie à l'université avant d'entreprendre ses études de médecine à l'Université de Montréal. Il a effectué sa résidence en médecine familiale à Shawinigan, et il pratique maintenant à la clinique médicale Saint-Marc de la Coopérative santé Shawinigan. 

Il avait déjà oeuvré comme intervenant psychosocial dans des parcs municipaux et, curieux, avait voyagé un peu partout pendant près de trois ans après son cégep, question de découvrir d'autres cultures et se confronter à la différence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer