Défier ses limites

Gabriel Chaussé... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Gabriel Chaussé

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

La chambre de Gabriel Chaussé évoque le vestiaire du Canadien de Montréal. L'adolescent de 17 ans est aussi fier de la murale qui décore sa chambre que de l'imposante collection de cartes de hockey qu'il sort d'un tiroir.

Un de ses souhaits les plus chers serait de pouvoir enfiler deux patins pour s'adonner au sport qui le passionne. Mais le rêve du Nicolétain peut difficilement se réaliser, puisque sa jambe droite est remplacée par une prothèse... ornée d'autocollants de son équipe préférée.

Une anomalie congénitale a privé Gabriel Chaussé d'un fémur, l'os de la cuisse. Il a dû subir d'importantes chirurgies afin d'optimiser le potentiel de son anatomie et pouvoir marcher à l'aide d'une prothèse.

Sa famille et lui ont pu bénéficier des services de l'Association des Amputés de guerre, notamment lors de ses hospitalisations à Vancouver, et le jeune homme s'implique maintenant dans l'organisme à titre de conseiller junior.

Comme le nom l'indique, ce rôle consiste à soutenir des jeunes qui doivent vivre avec une amputation. La fonction est particulièrement accrue lors des séminaires qui rassemblent des jeunes amputés et leurs parents, auxquels on présente entre autres l'offre de membres artificiels et les équipements de la vie courante et ceux conçus pour les loisirs. 

Ces séminaires procurent aussi l'occasion de discuter, de partager des expériences et d'échanger des trucs.

Des séances sont spécialement dédiées aux adolescents et abordent des sujets comme la conduite automobile, l'image corporelle et l'accès au marché du travail. D'ailleurs, Gabriel est en processus d'obtention de son permis de conduire, en plus de compléter ses études secondaires et de travailler dans une entreprise de fabrication d'armoires l'été.

Dans son rôle de conseiller, il observe que ce dont les jeunes amputés ont le plus besoin c'est de soutien.

«Si tu es né comme ça ou que ça t'est arrivé quand tu avais deux, trois ans, c'est moins pire. Mais si ça t'arrive à 10-12 ans, c'est plus difficile parce que du jour au lendemain, il te manque un membre. Si c'est une jambe, tu dois réapprendre à marcher. Des fois c'est difficile et tu te décourages. Mais il ne faut pas se décourager. Je leur dis de garder courage, qu'il y a plein de gens comme eux», raconte-t-il en parlant des jeunes qu'il rencontre.

Benjamin d'une famille de sept enfants, Gabriel a déjà été victime d'intimidation, surtout à l'école primaire. «Ça m'est arrivé, mais j'ai appris à combattre, grâce à ma famille. Au secondaire c'est plus rare, mais au primaire c'est plus fréquent», fait-il remarquer.

Le sportif s'est aussi distingué en participant aux événements Polycourons de l'école secondaire La Découverte à Saint-Léonard-d'Aston pendant cinq ans. Avec l'appui de béquilles, il a couru les distances de 1 km en 2012 et 2013, de 2 km en 2014 et de 4 km en 2015 et 2016.

«Je fais les 4 km en environ 30 minutes. Cette année, j'avais pensé pouvoir battre mon record de 31 minutes et 20 secondes, mais j'ai eu trois crampes, alors je ne l'ai pas battu. Sans les crampes je l'aurais battu!», assure le lauréat du prix Coup de coeur du gala Sport Hommage de 2014.

Le Polycourons est aussi le prétexte pour amasser des dons pour la Fondation Terry-Fox. Gabriel a recueilli pas moins de 200 $ chaque année pour la fondation qui porte le nom de l'athlète canadien amputé, qui souhaitait parcourir le Canada à la course. Notre Tête d'affiche a également mérité plusieurs médailles en natation.

Dans ses démarches de sensibilisation liées à son association aux Amputés de guerre, le jeune homme promeut la prévention pour éviter les amputations liées à un accident. Il invite les gens à porter une attention particulière aux tondeuses et tracteurs à gazon l'été, ainsi qu'aux souffleuses à neige l'hiver.

En septembre dernier, le jeune homme a reçu le titre de Grand Nicolétain en reconnaissance de son implication auprès des Amputés de guerre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer