Isabelle Tessier: maintenir l'accessibilité au Festival western

Isabelle Tessier... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Isabelle Tessier

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Isabelle Tessier déborde d'énergie. Mère de cinq enfants et responsable d'un service de garde en milieu familial, la Thècloise assure la présidence du 49e Festival western de Saint-Tite. «Je dis tout le temps: ''Je suis folle, mais je m'assume!''», lance la femme de 37 ans dans un éclat de rire.

La renommée du Festival western et son rôle d'événement-phare en Mauricie ne sont plus à démontrer. En octobre 2015, Isabelle Tessier a accepté la présidence d'un rendez-vous de dix jours qui, le mois précédent, avait comptabilisé 623 000 visites incluant notamment 300 000 visiteurs uniques et 5000 provenant de l'extérieur du Québec.

Bien avant de se joindre à l'équipe du Festival western, Mme Tessier s'était impliquée dans plusieurs comités et organisations, particulièrement dans le milieu scolaire. «J'ai été présidente du comité de parents, j'ai siégé sur le conseil d'établissement, sur le conseil d'administration de la garderie, j'ai donné des cours de gymnastique artistique, j'ai organisé des voyages pour les jeunes de mon village, j'organise des sorties pour nos services de garde...», énumère-t-elle.

C'est à l'invitation de son père qu'elle a intégré l'organisation du Festival western en 2012. Contremaître au festival, Jacques Tessier a interpellé sa fille lorsque la personne qui s'occupait du dossier de La Poule aux oeufs d'or gala country a quitté, peu de temps avant l'événement. Mme Tessier a repris le dossier à la dernière minute, avec succès. «C'était plus difficile, vu que c'était avec Loto-Québec, de jumeler mes enfants et mon bénévolat, parce que mes enfants m'ont toujours suivie partout», confie la mère de trois garçons et deux filles de quatre à 16 ans.

L'année suivante, son père l'a rappelée pour lui dire que cette fois, on cherchait quelqu'un pour s'occuper du coin des enfants, une mission qui correspondait davantage à son profil et à ses intérêts naturels. Au sein du comité organisateur, elle a donc coordonné la Place de la famille pour les 46e, 47e et 48e éditions.

«En ayant plusieurs enfants, je voulais que les gens bénéficient d'activités complètement gratuites, qu'ils puissent venir sur notre site sans avoir à payer. On a amené des spectacles et on a installé une grande scène extérieure. Également, je voulais aller chercher les gens de la population, qui disent que ce n'est pas allable les fins de semaine. On a ouvert les soirs de semaine, pour que les gens d'ici en profitent. On a aussi instauré les forfaits famille pour que ceux qui ont plusieurs enfants puissent bénéficier d'un prix abordable», détaille-t-elle.

Cette année, Mme Tessier assume la présidence du comité organisateur du festival. En collaboration avec le directeur général Pascal Lafrenière et les employés concernés par chacun des dossiers, le comité organisateur gère tout ce qui touche à la programmation, hormis les rodéos, qui sont sous la direction de Sylvain Bourgeois. Les quelque 630 bénévoles font aussi partie de la grande équipe vantée par Mme Tessier.

La présidente du comité organisateur doit par ailleurs assumer des fonctions de représentation et de promotion, question d'assurer une visibilité à l'événement dans les médias, mais aussi auprès des partenaires actuels et potentiels.

Rencontrée à quelques jours du début du festival, Mme Tessier avait du mal à évaluer l'ampleur de ce qui l'attendait sur le terrain, dans l'accomplissement de la dernière année de préparation. «Le travail de présidente est une boîte à surprises, il est rempli d'imprévus auxquels on s'ajuste. Il faut innover, il faut réfléchir. C'est vraiment une belle expérience au plan personnel. On grandit à travers ça. On fait plein de choses qu'on n'aurait pas faites dans notre vie de tous les jours», apprécie-t-elle.

«C'est la beauté du festival, d'avoir autant de gens qui travaillent ensemble et qui font qu'on a un festival aussi grand, aussi sympathique, aussi plaisant. On reste simple, en prenant de l'importance et en continuant d'innover et de surprendre nos visiteurs», formule Mme Tessier, qui considère qu'une des principales forces de l'événement demeure l'ambiance unique qui y règne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer