Nathalie Brui: l'exercice pour maintenir l'équilibre

Nathalie Brui... (François Gervais)

Agrandir

Nathalie Brui

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le vélo a été salutaire pour Nathalie Brui. Cette médecin de famille qui s'est retrouvée seule pour élever ses quatre enfants en 2005 a vu dans le sport le premier tremplin pour enfin consentir à s'occuper d'elle-même. Depuis quelques années, elle fait profiter de son loisir à diverses causes, dont celle de la qualité de vie des aînés.

Originaire d'Alma, Nathalie Brui s'est établie à Shawinigan en 1995 pour y amorcer sa pratique médicale, à l'hôpital et en cabinet. Son époux, aussi médecin, est décédé 10 ans plus tard, la laissant avec leurs jumeaux de huit ans, leur fille de cinq ans et le benjamin de trois ans. Elle se consacre maintenant aux soins à domicile et à ceux des aînés en centre d'hébergement, en plus d'agir comme superviseure auprès des résidents à l'Unité de médecine familiale.

En 2012, l'omnipraticienne a décidé de joindre le groupe des Roses, créé par la directrice des Défis du parc de la Mauricie, son amie Marie-Josée Gervais. La constitution de cette équipe féminine visait à favoriser l'intégration de l'activité physique dans la vie des participantes. «Ça a été un tournant dans ma vie personnelle, un moment où j'ai commencé à m'occuper de moi», dit-elle.

Avant de se lancer dans l'entraînement couronné par l'épreuve du 105 km dans le parc, Mme Brui a tenu à obtenir l'accord de ses enfants. «Ils m'ont beaucoup aidée», se souvient celle qui a complété le défi des Roses pendant trois ans, contribuant par le fait même à la collecte de fonds pour l'Institut de recherche en immunologie et cancérologie de l'Université de Montréal.

«Cette expérience a représenté l'entrée du sport de façon régulière dans ma vie. Le but ultime de l'équipe des Roses, c'est la remise en forme. Je peux dire que ça a super bien réussi pour moi! Ça persiste, même si je ne suis plus dans l'équipe», constate celle qui s'entraîne trois fois par semaine.

Il y a trois ans, la médecin s'est inspirée d'un défi cycliste tenu à Baie-Comeau pour proposer une activité semblable à la Fondation de la santé et des services sociaux de l'Énergie. En 2014, une première Randonnée de l'Énergie a rassemblé 23 cyclistes qui ont remis 45 000 $ à la fondation. L'année suivante, 37 participants ont amassé 46 000 $, et en mai dernier, 51 746 $ ont été recueillis par les 43 cyclistes qui ont parcouru les 200 km de l'événement coorganisé par Nathalie Brui.

L'argent amassé est déposé dans le fonds dédié aux aînés. Cette année, le montant sera investi dans l'aménagement d'une salle d'activités au Centre d'hébergement Laflèche.

«Les personnes âgées, je les connais beaucoup parce que je les vois à domicile et en centre d'hébergement. Je vois leurs besoins particuliers, alors ça me donne une motivation supplémentaire de penser que je roule pour elles, qui sont souvent oubliées. La fondation compense un peu pour tout ce que le gouvernement coupe. Les besoins sont là, mais l'argent n'est pas nécessairement octroyé par le gouvernement», note Mme Brui, qui apprécie aussi le fait que les dons demeurent dans la région.

Elle a retrouvé cette même motivation lors de sa participation au Grand défi Pierre Lavoie en 2015. Elle a pu réaliser son rêve d'y participer en remplaçant un membre de l'équipe Subway-CSSS de l'Énergie. «Cette année-là on a formé une équipe de filles, ce qui est rare! Ce que j'ai trouvé difficile, c'est amasser les fonds. On nous demande 11 000 $ par équipe en partant, et le reste va à nos écoles. On a travaillé fort. On a ramassé 28 000 $: 11 000 $ pour participer, et le reste pour nos écoles», se réjouit-elle.

En analysant son parcours, Nathalie Brui réalise qu'elle a aussi influencé des membres de sa famille immédiate et élargie à intégrer l'exercice dans leur vie. Pour elle, l'équilibre est essentiel. «L'épuisement professionnel peut mener à des conséquences désastreuses», conclut-elle pour appuyer son plaidoyer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer