Le policier philanthrope

Michel Letarte.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Michel Letarte.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Dans le monde philanthropique actuel, les défis de vélo sont à la mode. Depuis 2012, Michel Letarte exploite un autre volet de cette tendance. Il coordonne les coups de pédales de bénévoles qui conduisent des gens à bord de ses huit vélos-taxis faisant office de navette lors d'événements, en échange de dons à des organismes.

Si le nom et le visage de Michel Letarte vous sont familiers, vous l'avez peut-être déjà aperçu dans les médias comme agent aux relations publiques pour la Sécurité publique de Trois-Rivières, ou sur une affiche annonçant un de ses spectacles. Mais le policier possède également une entreprise qui loue des karts à pédales et des vélos-taxis, et il en fait profiter des organismes de la région.

Par exemple, depuis 2012, ces véhicules font la navette entre des sites du FestiVoix. La première année, les pourboires remis aux bénévoles ont été redistribués à Prévention suicide, et les trois années suivantes aux Demois'Ailes, qui courent de Toronto à Trois-Rivières au profit de centres d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale.

Michel Letarte fait remonter la genèse de l'aventure à 1998, alors qu'il cherchait une activité à partager avec ses deux filles. Il s'est tourné vers les boîtes à savon, et jusqu'en 2004, il s'est impliqué dans l'organisation de courses. À l'affût d'un nouveau défi, il s'est procuré deux karts à pédales, qu'il a commencé à louer dans les écoles, puis plus largement. «C'est là que l'entreprise de petits karts à pédales est née. Maintenant, j'ai 32  unités que je loue pour des fêtes de la famille, des fêtes de quartier, des tournois...», énumère-t-il.

En voyage à New York, le policier a découvert les vélos-taxis et a eu l'idée d'importer le concept à Trois-Rivières, en se souvenant que les dirigeants du FestiVoix avaient déjà parlé d'offrir un service de navette. Il a proposé son idée, a acheté quatre vélos, et la première année, des bénévoles du FestiVoix conduisaient les festivaliers entre le stationnement du Collège Marie-de-l'Incarnation et le parc portuaire. 

«C'était gratuit pour tout le monde et il n'était pas question de pourboires. Le FestiVoix avait besoin d'un service, et moi je louais les vélos, conduits par des bénévoles. Mais les gens laissaient du pourboire. On a mis une boîte et on a amassé 350 $», raconte Michel Letarte, qui a remis la somme à Prévention suicide. Les trois années suivantes, avec huit vélos-taxis, les Demois'Ailes ont conduit les festivaliers et donné les pourboires aux maisons La Séjournelle et Le Far.

La Corporation des événements de Trois-Rivières a aussi sollicité l'entreprise pour mener les spectateurs de la place Pierre-Boucher aux abords de l'amphithéâtre Cogeco. «J'ai pédalé presque tous les soirs. Avec des équipes de bénévoles de Leucan, on amassait 200, 300, 400 $ en pourboires par soir, avec un record de 600 $ un soir. Après les 20 soirs du spectacle du Cirque du Soleil, on a remis 8200 $ à Leucan», raconte-t-il.

Les autres spectacles tenus à l'amphithéâtre ont permis d'amasser des fonds pour l'Association de hockey mineur de Trois-Rivières et le Centre Ressources naissance. Le partenariat entre la Corporation des événements, l'entreprise de Michel Letarte et Leucan se renouvelle cet été.

«On a d'autres contrats, dont un avec le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. Pendant la Neuvaine, on conduit les pèlerins de la Maison de la madone jusqu'à l'entrée du sanctuaire. C'est une assistance appréciée. On donne les pourboires à la Maison de la madone. J'ai aussi travaillé avec la Maison Carignan lors des spectacles au parc de l'Exposition. Les résidents pédalaient et on a remis les pourboires à la Maison», raconte-t-il.

Depuis l'enfance, le natif du secteur Cap-de-la-Madeleine entretient sa passion pour la musique. Il a toujours chanté en public, parallèlement à sa carrière dans le service de police. Dans ce domaine aussi, il redonne à la communauté. Il a entre autres chanté au profit de la fondation En coeur, de l'Association de la paralysie cérébrale et pour les bénévoles la Fondation québécoise du cancer lors de leur soirée reconnaissance.

Vous pouvez entendre l'entrevue avec notre Tête d'affiche dans l'émission matinale Chez nous le matin, animée par Frédéric Laflamme, au 96,5 FM, entre 6 h et 9 h, ainsi que le reportage présenté au Téléjournal Mauricie du dimanche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer