Au service de l'Église et des aînés

Cécile Marcouiller Chicoine... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Cécile Marcouiller Chicoine

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

«Ma vie, c'est le bénévolat». C'est ainsi que Cécile Marcouiller Chicoine résume son parcours et par le fait même, son agenda bien rempli. Impliquée à fond dans la vie pastorale de Shawinigan, elle se dévoue aussi auprès des résidents du Centre Laflèche. Le Centre d'action bénévole de Grand-Mère a récemment souligné son apport dans la communauté en lui décernant le Trophée Micheline 
M. Villemure pour récompenser l'ensemble de son oeuvre.

Cécile Marcouiller Chicoine est née dans le secteur Saint-Jean-des-Piles dans une famille de 17 enfants. À l'âge de 14 ans, elle a mis de côté son désir de devenir infirmière pour aller aider sa soeur à Montréal. C'est dans la métropole qu'elle a rencontré son époux, qu'elle a ramené avec elle dans son patelin d'origine en 1980. Le couple qui a trois enfants y exploite un commerce de mécanique.

Mme Marcouiller Chicoine parle de son adhésion au mouvement cursilliste comme d'un moment charnière de sa vie. C'est à partir de ce moment qu'elle a commencé à s'impliquer dans la pastorale et la vie paroissiale de son milieu. Aujourd'hui, elle est directrice de la chorale de Saint-Jean-des-Piles en plus de faire partie du comité de liturgie et du trio pastoral paroissial, un groupe de laïcs qui voit au déploiement de la mission d'une paroisse sans curé assigné.

Elle fait partie de l'équipe d'animation de sa communauté cursilliste et agit comme catéchète auprès des enfants de cinq à sept ans à la paroisse Sainte-Flore. Elle préside des ADACE (assemblées dominicales en attente de célébration eucharistique) et recrute d'autres personnes intéressées à le faire. Mme Marcouiller Chicoine a aussi comme souci de dynamiser les animations des célébrations. Par exemple, elle a préparé avec des enfants une animation spéciale pour la messe de la fête des Pères.

En impliquant les enfants, elle souhaite semer les valeurs de la foi et attirer les parents aux célébrations dominicales. «Le monde a une soif flagrante de leur intérieur. Le monde se cherche vraiment. Moi je me suis cherchée un certain temps, puis j'ai rencontré une cursilliste sur ma route. J'ai vécu le Cursillo, qui est catholique. Je remercie le Seigneur parce que ça aurait pu être une secte ou autre chose», confie la Shawiniganaise en évoquant l'importance de la religion dans sa vie.

Mme Marcouiller Chicoine a longtemps été Fille d'Isabelle, en plus de participer à la vente de jonquilles de la Société canadienne du cancer et de s'impliquer dans le Club de camping caravaning de la Mauricie. Elle a aussi fait sa marque dans le théâtre local en mettant sur pied la troupe musicale La fraise des Piles en 1984. Après la dissolution de la troupe en 1993, elle a coécrit deux pièces de théâtre dont l'une a été jouée en plusieurs endroits au profit d'organismes, et l'autre dans des résidences pour aînés.

Toutefois, l'implication qui lui tient le plus à coeur en ce moment s'exerce au Centre Laflèche du secteur Grand-Mère. Sa première idée était d'aider à faire manger des résidents. On l'a vite intégrée dans le comité des auxiliaires bénévoles et elle a pris en charge le service de l'aide aux repas. En constatant la surcharge de travail du personnel, elle encourage les gens à s'impliquer comme bénévoles au service d'aide aux repas.

Elle est aussi responsable de la pastorale pour le centre, organisant entre autres la tenue de la messe du mardi. «J'ai monté une chorale avec les résidents. À Noël, on a chanté sur tous les étages», ajoute la dame qui a également joint le comité des usagers du Centre Laflèche.

«Le bénévolat, c'est tellement dans moi! On m'a déjà dit d'écrire mes heures. Voyons donc... Écrire mes heures de bénévolat? Je n'ai jamais compté ça. Je suis contente d'avoir reçu le trophée Micheline M. Villemure, ça me donne une belle tape sur l'épaule pour me dire de continuer, mais je n'attends pas après les reconnaissances», conclut humblement notre Tête d'affiche.

Vous pouvez entendre l'entrevue avec notre Tête d'affiche dans l'émission matinale Chez nous le matin, animée par Frédéric Laflamme, au 96,5 FM, entre 6 h et 9 h, ainsi que le reportage présenté au Téléjournal Mauricie du dimanche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer