Guy Pellerin et Jackie Chauvette: la valeur commune de redonner à la communauté

Jackie Chauvette et Guy Pellerin... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Jackie Chauvette et Guy Pellerin

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) On pourrait croire qu'avec les emplois qu'ils occupent, Guy Pellerin et Jackie Chauvette gèrent un agenda trop saturé pour y inclure d'autres activités. Ce serait mal connaître M. Pellerin, pharmacien cofondateur du groupe Uniprix, et sa conjointe, directrice générale du Centre fiscal de Shawinigan, qui sont entre autres impliqués dans le Club Optimiste de Shawinigan-Sud, le Noël du Pauvre, Opération Nez Rouge et l'Association de paralysie cérébrale.

Le couple formé il y a huit ans avait déjà cheminé dans le bénévolat chacun de son côté avant de s'unir et de s'intégrer dans les implications de l'autre. «Quand on s'est rencontrés, c'était une valeur commune», observe Mme Chauvette qui avait amorcé son bénévolat dans les activités de ses enfants. Le duo a aussi constaté qu'il avait le scoutisme et les guides comme base commune d'initiation au bénévolat, ayant tous deux dirigé des jeunes dans ce mouvement.

«À 17 ans, j'ai été le plus jeune chef de la meute Saint-André. Je l'ai dirigée pendant trois ans avant de partir pour l'université», raconte le Shawiniganais qui a reçu son diplôme de pharmacien en 1975, a acquis sa pharmacie en août 1976 et fut membre fondateur du groupe Uniprix l'année suivante. En plus de ses implications dans la région, M. Pellerin est encore membre du conseil d'administration du groupe Uniprix.

En septembre 1976, le pharmacien se joignait au Club Optimiste de Shawinigan-Sud. Il en fut le 20e président en 1985-1986, puis est de retour cette année à la tête du conseil, pour le 50e anniversaire de la fondation du club. Mme Chauvette a pour sa part occupé le poste de présidente en 2013-2014. C'est la mission d'aide à la jeunesse du Club Optimiste qui l'a séduite, et elle est particulièrement fière de sa prise en charge du concours d'art oratoire qui, après plusieurs étapes, peut mener un jeune à la finale internationale.

«L'idée est de donner confiance aux jeunes, par exemple en les aidant à mieux s'exprimer en public. Pour moi le Club Optimiste c'est vraiment d'amener les enfants à s'épanouir, à s'améliorer et à devenir des citoyens qui vont eux aussi, plus tard, contribuer à la société. Je suis là parce que je veux aider les enfants, je veux faire une différence», soutient Mme Chauvette, qui s'est aussi impliquée avec son fils dans des activités de collectes de fonds pour Opération Enfant Soleil.

Le Club Optimiste a également mené à d'autres engagements. «En 1981-1982, le Noël du Pauvre nous a demandé de donner un coup de main parce qu'il manquait de bénévoles pour les activités. Et l'Association de paralysie cérébrale, qui avait un téléthon dans ce temps-là, nous a demandé si on pouvait l'organiser à Shawinigan-Sud. J'ai pris ça en mains, et je m'occupe de ces deux activités tous les ans», explique M. Pellerin en parlant notamment de la campagne de financement de l'Association de paralysie cérébrale qui a changé de forme, mais dont il s'occupe toujours.

Via le Club Optimiste de Shawinigan-Sud, Jackie Chauvette a repris l'organisation d'Opération Nez Rouge à Shawinigan en 2012. «C'est une bonne source de financement pour le Club. Ça a été un gros défi de relancer et de reprendre le leadership de l'organisation», témoigne-t-elle.

Après avoir agi comme vice-président de la finale provinciale des Jeux du Québec à Shawinigan en 1991, Guy Pellerin a participé à la création de la Fondation Claude-Mongrain, qui récompense l'excellence sportive des jeunes. M. Pellerin est encore trésorier au sein du conseil d'administration de cette fondation. Le couple Chauvette-Pellerin s'est aussi impliqué dans l'organisation des Jeux du Québec de Shawinigan en 2012. Mme Chauvette fut coordonnatrice de l'accréditation lors de l'événement.

«On essaie d'aider là où les gens ont besoin. Pour nous deux, c'est important d'aider notre communauté et redonner à la vie sociale et collective», considère Mme Chauvette. «Moi, mon père disait: ''La vie n'est pas un égoïsme à satisfaire, mais un dévouement à exercer''», cite Guy Pellerin en guise de conclusion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer