Nancy Samson: «Si tu veux recevoir, tu dois donner»

Nancy Samson... (Olivier Croteau)

Agrandir

Nancy Samson

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Nancy Samson n'a ouvert sa chocolaterie qu'en novembre 2015, sur la rue Champflour, à Trois-Rivières, mais déjà, au mois de février, elle était sollicitée par tous les médias de la région et même de l'extérieur. C'est que la chocolatière de 21 ans d'expérience fabriquait des seins en chocolat pour la Saint-Valentin.

Le produit a fait un malheur et s'est écoulé à une vitesse record. Certaines critiques se sont fait entendre, mais elles ont vite dû se taire, car une partie des ventes était réservée à la Société canadienne du cancer. «Ce sein en chocolat a été un symbole de fierté, de trophée, d'encouragement et d'appui et maintenant, des entreprises veulent faire des dons pour les prochaines ventes», dit-elle.

Nancy Samson avait fait la même chose pour le Noël du Pauvre, en décembre 2015, quelques semaines après l'ouverture de sa chocolaterie. L'impact médiatique avait été moins retentissant puisque le produit vedette était des boules de Noël. Mais elle en a tout de même vendu 500... en deux jours et demi. «C'est ça qui m'a fait connaître», fait-elle valoir.

«Je me suis toujours impliquée», raconte-t-elle, notamment pour la Société d'Alzheimer. «J'ai fait beaucoup de commandites», dit-elle, au point où elle a dû éventuellement limiter ses élans généreux. Nancy Samson reconnaît qu'il lui est difficile de dire non. «J'avais trop de demandes et je suis sensible. Donc je n'étais pas capable de refuser», confie-t-elle.

Nancy Samson a une formation de chocolatier-glacier de l'ITHQ, un cours professionnel qui ne se donne plus au Québec maintenant.

Le chocolat, c'est toute sa vie. Elle arrive dans son commerce à 6 h et n'en repart qu'à 21 h. «Et je peux faire ça 7 jours sur 7», dit-elle.

Les amateurs de chocolat n'ont que leurs yeux et leurs papilles gustatives pour apprécier ce produit, mais Nancy Samson fait valoir que c'est un métier difficile. «On vend du rêve, mais faire du chocolat, c'est complexe. C'est chimique. Il y a des stades de températures à respecter sinon le beurre de cacao se sépare de la pâte et blanchit. C'est donc un art de faire du chocolat croquant, brillant et bon en bouche», dit-elle.

Nancy Samson a travaillé pour une entreprise où l'on faisait

55 000 moulages par année, dans un sous-sol. Mais elle a compris, un jour, qu'elle avait assez de talent et d'expertise pour démarrer sa propre chocolaterie.

Elle est en effet une des meilleures chocolatières au Québec et continue à suivre des formations de perfectionnement. «Je me fais ridiculiser quand les gens apprennent que je suis de Trois-Rivières. Comme si l'on était des moins que rien», déplore-t-elle.

Mais Nancy Samson a toujours eu Trois-Rivières à coeur et c'est la tête haute qu'elle s'est présentée comme Trifluvienne à Barcelone et à Paris dans des congrès de chocolatiers. «C'est une belle ville et je veux que les gens disent que la plus belle chocolaterie au Québec est à Trois-Rivières et dans un des plus beaux bâtiments de Trois-Rivières», dit-elle.

Elle espère que l'arrivée de son commerce sur la rue Champflour encouragera la Ville de Trois-Rivières à faire quelque chose d'intéressant avec la gare qui, selon elle, pourrait être mise en valeur davantage.

L'âme généreuse de Nancy Samson prend parfois des tournures inattendues. Son ami Patrick Roger, un des plus grands chocolatiers au monde, a été victime d'un incendie dans une de ses chocolateries, à Sceaux, près de Paris. Alors qu'elle était en arrêt de travail, elle lui avait téléphoné pour lui offrir son aide. 

«Je leur ai donné une semaine de bénévolat. Je trouvais ça triste parce que c'est le plus grand chocolatier au monde. On s'est connu dans un concours où j'étais juge canadienne à Paris.»

«Il m'a donné la chance de me perfectionner. J'y suis allée trois fois. J'y ai fait mes galons», raconte-t-elle.

«L'important, dans la vie, c'est de donner», plaide-t-elle. «Si tu veux recevoir, tu dois donner. C'est ma philosophie.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer