Denys Beaudin: une histoire de famille et de courses

Denys Beaudin... (François Gervais)

Agrandir

Denys Beaudin

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) «Je ne suis pas millionnaire, donc dans la vie, tout ce que je peux donner, c'est un peu de mon temps!»

Un peu? Denys Beaudin se montre modeste, mais dans les faits, c'est un bénévole acharné. Un passionné qui ne compte pas ses heures.

Cumulant 35 années d'implication au Grand Prix de Trois-Rivières, il donne aussi un coup de main à la Corporation Sport-Hommage Mauricie de même qu'à certaines équipes de hockey. Son visage est familier pour des centaines de personnes qui le croisent sur différents sites d'événements, été comme hiver. Denys est partout, il se décrit d'ailleurs comme «un philanthrope de temps libre».

«Tu ne peux pas être perdant quand tu donnes. J'ai toujours eu le même réflexe en approchant les gens: "Dites-le-moi si je peux aider."»

Au sommet de ses actions bénévoles, une passion contagieuse: les courses automobiles. Tombé dans la potion magique du GP3R, Denys Beaudin avait à peine 20 ans quand il a commencé à donner un coup de main à l'organisation. Aujourd'hui responsable de toutes les activités hors-piste sur le site, on l'a vu aux promotions, sur la fausse grille et la grille de départ, comme responsable des pompiers et même opérateur de remorqueuse ces 35 dernières années.

De nos jours, tout ce qui se trame dans les activités au parc de l'Exposition, à l'exception des courses, passe par Denys. Superviseur des télécommunications, Sécurité publique, à la Ville de Trois-Rivières, il possède déjà un bagage d'expérience à ce chapitre. Son emploi contribue ainsi à le guider dans ses tâches bénévoles, lui qui siège aussi sur le comité organisateur du GP3R.

Au-delà du populaire festival automobile trifluvien, l'homme de 55 ans a déjà campé le rôle d'officiel en série Champ Car et il a toujours suivi de près les activités du karting au Québec. Il a ainsi pu voyager à Las Vegas où il a couvert les activités du championnat américain pour le site Internet Flagworld aux côtés de sa fille Tanya, qui suit ses traces dans le monde des courses.

Il y a un peu plus d'un an, le pilote de NASCAR Andrew Ranger, l'un des meilleurs au pays, lui suggérait de devenir éclaireur, poste qu'il occupe encore aujourd'hui. De façon bénévole, évidemment.

«C'est un privilège d'être associé à Andrew. Ça occupe une bonne partie de mes temps libres l'été, mais tant que j'en soutirerai du plaisir, je continuerai, surtout que Tanya est souvent à mes côtés.»

Son fils Simon et sa femme Sylvie ne sont jamais loin derrière non plus. Chez les Beaudin, aider les autres, c'est une histoire de famille. «Mon épouse a été avertie quand on s'est mariés et elle m'endure encore, c'est sûrement bon signe», sourit notre Tête d'affiche, ex-commissaire scolaire et grand amateur de blues qui, depuis quelques mois, propose une émission sur ce genre musical avec son ami Steven Hubert sur les ondes de CFOU 89,1.

«Ça me demande quatre heures de préparation par semaine pour deux heures d'émission. Mais ça comble un besoin: il n'y avait pas beaucoup d'heures consacrées au blues dans une ville qui accueille pourtant un gros festival.»

Longtemps sur le conseil d'administration des Nuits Polaires, Denys Beaudin affectionne autant la scène musicale que sportive. Il a participé à quelques tournées du groupe Les Respectables et épaule parfois son collègue et ami Michel Letarte lors de ses spectacles. «J'ai toujours été assez proche de la musique, même si je n'en fais pas», concède celui dont l'expertise est recherchée pour l'installation des systèmes de son, entre autres.

Au travers de ses projets de rénovations - il a peinturé la résidence pour personnes âgées où réside sa belle-mère il y a quelques années -, Denys Beaudin n'oublie pas ses complices du quotidien. En plus de ses proches, il admet vouer un grand respect pour Christian Langevin, Dominic Fugère, Luc Belle-Isle, René Lauzier, Robert Foteas ainsi que pour l'ancien dg du GP3R François Bordeleau. Tous sont intimement liés au domaine de la course automobile.

Au moment où l'on s'apprêtait à quitter les lieux, la sonnerie du téléphone a retenti dans la maison des Beaudin. L'organisme Autisme Mauricie, que Denys a déjà présidé, cherchait des volontaires pour remplir les sacs des clients dans un supermarché. En cette journée du 23 décembre, on pouvait compter sur les Beaudin!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer