Exploiter ses compétences pour une bonne cause

Pierrette Cardinal... (François Gervais)

Agrandir

Pierrette Cardinal

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Pour Pierrette Cardinal, la cause justifiait l'intense implication bénévole dans laquelle elle s'est plongée une fois la retraite arrivée. Associée de son époux dans l'entreprise qu'ils ont vendue en 2005, la Centricoise a dédié ses compétences à la Fondation médicale Jean-Pierre Despins de Saint-Léonard-d'Aston. Cette fondation a notamment permis la création de la Coop Solidarité santé JP Despins, et assure son soutien depuis 2009.

L'enjeu principal au coeur de cette implication est l'accessibilité à des services de soins de santé en milieu rural, un domaine différent de l'entreprise manufacturière de mastic à carrosserie que Mme Cardinal a cogéré. «Je suis une technicienne en loisirs qui a dérivé vers la comptabilité», résume la native de Sainte-Brigitte-des-Saults qui fut coordonnatrice d'un centre communautaire avant de remplacer l'adjointe à la comptabilité dans l'entreprise de son époux, et de finalement choisir cette avenue pour faciliter la conciliation travail-famille.

Au sein de l'entreprise familiale, la dame s'est notamment occupée de la gestion du personnel, de la planification de la production et de la comptabilité. «À la retraite, je me suis dit que j'avais peut-être des compétences qui pourraient servir. Il y avait le projet de coop, et je voyais aller la fondation...», raconte celle qui a répondu à l'invitation de René Bérubé de joindre le conseil d'administration de la Fondation médicale Jean-Pierre Despins, qu'il avait mise sur pied en 2002 avec Hubert Vincent.

Cet organisme a été nommé en l'honneur du Dr Jean-Pierre Despins, décédé du cancer en 2000 à l'âge de 44 ans. Il avait oeuvré au centre médical de Saint-Léonard-d'Aston pendant près de 20 ans, et était même le médecin de famille de Pierrette Cardinal. Pendant les premières années de son existence, la Fondation médicale Jean-Pierre Despins a entre autres financé l'achat d'équipements pour la clinique médicale de la localité. Puis vint le projet de constituer une coopérative de santé afin de solidifier la structure de services à Saint-Léonard.

«Avant de m'impliquer, je ne savais pas que nos services étaient en péril. Il fallait faire quelque chose! Les médecins ont tellement de travail, qu'ils n'ont pas le temps de s'occuper de l'administration. Le projet de la coop était un cri d'alarme. Le principe du bureau locatif offrait aux médecins une sorte de bouée pour qu'ils n'aient plus à s'occuper de l'administration», note la bénévole, en ajoutant que la population répondait très positivement à l'idée de mettre en place une telle formule.

Mme Cardinal a implanté le système de comptabilité pour le projet de coopérative. Il fallait notamment gérer les inscriptions des membres, ainsi que les dons sollicités dans le cadre de la campagne de financement consacrée au projet. La Léonardaise a aussi pris en charge la comptabilité de la fondation, une entité en soi.

L'organisme philanthropique dessert la population des municipalités d'Aston-Jonction, Notre-Dame-du-Bon-Conseil, Sainte-Brigitte-des-Saults, Saint-Célestin, Saint-Léonard-d'Aston, Sainte-Perpétue, Saint-Wenceslas et Sainte-Eulalie. Comme le fait remarquer Mme Cardinal, la possibilité de se prévaloir de services de santé à Saint-Léonard évite du transport à Trois-Rivières ou à Drummondville. Cet avantage est apprécié, surtout dans un contexte de vieillissement de la population.

En plus d'avoir soutenu la mise en place de la coopérative, la fondation offre des bourses d'installation aux nouveaux médecins qui viennent s'y installer. En 2015, elle a octroyé une telle bourse au docteur Jérôme Proulx, qui a joint le groupe de médecine familiale. Avec l'aide de la fondation, la coop a également aménagé deux nouveaux bureaux dans la clinique, et l'argent recueilli cette année servira à l'achat d'équipement électronique pour relever les signes vitaux.

La Fondation médicale Jean-Pierre Despins tient un événement bénéfice majeur par année, un grand souper qui a attiré plus de 300 personnes au Centre Richard-Lebeau en octobre 2015. «Les billets sont vendus par les administrateurs, mais il faut coordonner tout ça. Il faut envoyer les lettres de demandes de soutien, il faut s'occuper de tout le secrétariat, du peaufinage...», énumère Mme Cardinal en décrivant le travail relié à cette activité bénéfice.

Notre Tête d'affiche a cédé sa place au conseil d'administration de la fondation en mai dernier. Elle souhaite consacrer plus de temps à des membres de sa famille qui ont besoin d'assistance, de même qu'à ses trois enfants et deux petits-enfants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer