Un parc à développer... à temps plein!

Claude Grandmont... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Claude Grandmont

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Bécancour) Le secteur Gentilly de la Ville de Bécancour est spontanément associé à son carnaval, ce rendez-vous annuel qui mobilise la communauté et entretient le sentiment d'appartenance. Mais un autre attrait connaît un essor aussi dynamisant pour le milieu: le Parc régional de la rivière Gentilly. Depuis qu'il a franchi l'étape de la retraite il y a dix mois, Claude Grandmont oeuvre bénévolement au développement du parc, dans ce qui ressemble à un emploi à temps plein!

Diplômé en instrumentation, M. Grandmont a amorcé sa carrière à la Baie James en 1979, et s'est joint au personnel de la centrale nucléaire de Gentilly en 1987. Trifluvien d'origine, il s'est établi à Gentilly avec son épouse en 1992, et son implication sociale s'est tout de suite amorcée.

«Ce n'est pas dur de s'impliquer à Gentilly!», fait remarquer le sportif qui a d'abord joint les associations de tennis et de ski de fond de sa localité.

Pendant quelques années, il a créé les décors pour les spectacles de patinage artistique du club où évoluait sa fille. Cet engagement en a mené à un autre. «Comme j'avais fait des décors pour le patinage artistique, j'avais été repéré! Au carnaval, ils avaient besoin de décors... J'ai commencé par les décors, après je me suis occupé de l'éclairage, puis j'ai été président en 2005», relate celui qui a fait partie de l'équipe du carnaval pendant une quinzaine d'années.

Parallèlement à ses fonctions au sein de l'activité-phare de Gentilly, M. Grandmont a aussi laissé sa marque dans une autre, aussi typique de la localité, le Potirothon.

«Il y a quatre événements par année: la remise des graines de citrouilles, la grande tournée, la pesée et la régate, que nous avons démarrée en 2000», énumère celui qui a présidé le comitéorganisateur de l'activité cette année-là.

Depuis presque six ans, Claude Grandmont siège au conseil d'administration du Parc régional de la rivière Gentilly. Mais son implication est loin de se limiter à l'assistance à des réunions. Adepte de vélo de montagne, l'homme s'est donné comme mission de revitaliser les sentiers non seulement de vélo, mais aussi de randonnée pédestre.

«Il n'y avait plus grand-chose comme sentiers. Il y avait eu de beaux développements dans les années 1990 par le biais de subventions, mais après il n'y avait plus d'argent pour l'entretien. Certaines structures, dont des escaliers, étaient pourries. Pour ce qui est des sentiers, il en restait des petits de 200, 300 mètres pour aller aux chutes. Le reste n'avait pas été entretenu.»

«La première année, on avait5 km, la deuxième, 10, et là on est rendu à 20 km de sentiers de vélo de montagne et ils sont beaux! On a à peu près le même nombre de kilomètres pour le pédestre», se réjouit le Bécancourois en avouant passer cinq jours par semaine dans le parc pour l'aménager.

Une fois les infrastructures revitalisées, il fallait penser à animer l'endroit. M. Grandmont et ses amis ont lancé le Défi duparc de la rivière Gentilly, un triathlon incluant la course à pied, le vélo de montagne et le kayak en rivière.

«On est 15 personnes dans ce comité, et la journée du défi on s'entoure de 85 bénévoles», précise celui qui assure le rôle de directeur technique de l'événement.

La première édition du défi avait attiré une centaine de participants, la deuxième 140, et celle de 2015 a réuni plus de 200 athlètes. Un volet jeunesse a également été ajouté au défi.

«Faire bouger les jeunes est très important pour nous. On a commencé l'année passée bien timidement avec 20 participants et cette année, on en a eu 60.» Toujours avec des amis, M. Grandmont a démarré un club de vélo de montagne au parc, et les projets incluent également un volet jeunesse à ce club.

Les activités de vélo de montagne dans le parc se prolongent l'hiver avec la pratique du fat bike, adapté au climat. Un événement printanier, le spring bike, est aussi au calendrier.

Notre Tête d'affiche trouve sa satisfaction en observant le nombre croissant d'usagers qui viennent marcher ou rouler dans le parc, autant de la région que de l'extérieur. «On espère continuer notre ascension. Depuis trois ans, on fait plus que doubler l'achalandage d'une année à l'autre», indique-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer