Faire la différence par le don de soi

Denise Perreault... (Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Denise Perreault

Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pendant plus de la moitié de sa vie, Denise Perreault a donné de son temps. Que ce soit pour les jeunes, les sinistrés ou simplement pour son suivant, la dame de La Tuque l'a toujours fait de bonté de coeur, et le fera encore tant que sa santé lui permettra.

«Je fais du bénévolat pour redonner aux autres. C'est tellement valorisant pour nous aussi. Pour faire du bénévolat, il faut être généreux, il faut vouloir et aimer ça», lance d'entrée de jeu Denise Perreault.

Cette dernière est certainement une femme très généreuse, puisque ses implications sont impressionnantes et aussi très nombreuses. L'ensemble de l'oeuvre de Mme Perreault lui a valu la médaille du lieutenant-gouverneur pour les aînés il y a quelques mois à peine. Un moment protocolaire dont elle se souviendra longtemps!

«J'étais stressée, mais c'est un beau moment. Une belle expérience et une belle récompense!

J'étais très contente», souligne Mme Perreault.

C'est avec le mouvement scout qu'elle a officiellement fait ses débuts en tant que bénévole, même si, avoue-t-elle, sa famille l'avait initiée bien avant.

«Ma famille m'a appris que le don de soi c'était très valorisant, mais j'étais très timide. Je le suis encore malgré toutes mes implications. La première fois que j'ai fait du bénévolat, c'était avec les scouts en 1972.

J'étais dans le comité et j'étais incapable de parler! Je devenais rouge vin! J'étais très gênée, mais ça s'est amélioré», raconte-t-elle.

Puis, elle s'est jointe à la Croix- Rouge. C'était il y a 34 ans. Aujourd'hui encore, c'est avec la même passion qu'elle va, jour, soir ou nuit, aider des sinistrés, parfois sous le choc, complètement dévastés ou sans famille dans certains cas.

«Je trouve ça tellement valorisant d'aider ceux qui en ont besoin, et eux c'est immédiatement. [...] Si c'est à deux heures du matin, tu te lèves et tu y vas! L'adrénaline monte pareil comme si on allait éteindre un feu», précise-t-elle.

Denise Perreault a joué un rôle de première ligne lors d'événements marquants en Haute-Mauricie, notamment, les inondations de La Croche en 1996 et de La Bostonnais en 2008.

Elle a également travaillé à la mise en place des centres d'hébergement à l'occasion des évènements majeurs, entre autres, lors de l'évacuation de la communauté Atikamekw de Wemotaci en2010 en raison des feux de forêt. Un moment qu'elle n'est pas prête d'oublier.

Elle a également prêté main-forte lors de l'accueil des ressortissants à l'Opération Haïti en 2010 à Dorval. La même année, la Croix-Rouge lui a décerné la Médaille du service méritoire exceptionnel pour l'ensemble de son travail. «C'est la plus haute distinction de la Croix-Rouge. On ne s'attend jamais à ça et on ne fait jamais ça pour ça, mais je suis très fière.»

La dame de 76 ans est également très impliquée pour les collectes de sang d'Héma-Québec dans sa communauté. C'est elle qui dirige les bénévoles. Elle prend en charge le recrutement et l'horaire.

«C'est tellement important les cliniques de sang. On ne sait jamais qui peut en avoir besoin», souligne Mme Perreault.

Ce n'est pas tout, au fil du temps, Denise Perreault a participé à de nombreuses campagnes de financement pour divers organismes et diverses causes qui lui tenaient particulièrement à coeur.

«Tout ça n'aurait pas été possible sans l'appui des équipes formidables qui m'ont toujours soutenue. Je veux sincèrement les remercier.»

Mme Perreault a également écrit un livre avec ses amies, le club des7. Un livre pour laisser sa trace dans l'histoire, dont ses enfants ont écrit la préface. Un livre qui sera certainement lu par ses petits-enfants et arrière-petits-enfants aussi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer