Survivre en famille

Valérie Gauthier... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Valérie Gauthier

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

Le courage des enfants touchés par la maladie suscite toujours une admiration et une sympathie amplement méritées. Mais l'épreuve de ces enfants bouleverse aussi la vie de leur famille. En cette période des Relais pour la vie de la Société canadienne du cancer, Valérie Gauthier incarne cette fusion familiale devant la maladie. Sa famille est porte-parole du Relais pour la vie de Trois-Rivières.

Le 10 mars 2014, préoccupée par certains symptômes observés chez sa fille, dont des essoufflements anormaux, Valérie Gauthier amenait Corinne consulter un médecin. La première hypothèse d'une bronchite, le matin, s'est transformée en diagnostic de la maladie de Hodgkin l'après-midi, avec une prescription de se rendre à l'hôpital Sainte-Justine où l'adolescente de 13 ans était attendue.

Une masse de 9 cm par 12 cm a été identifiée sur le thorax de Corinne St-Jacques. «Elle avait aussi du cancer dans une de ses vertèbres, et une masse sur le poumon gauche. Le lymphome d'Hodgkin est aussi connu comme le cancer des ganglions. Elle avait du cancer dans toute la chaîne ganglionnaire», précise sa mère.

Six cycles de chimiothérapie étalés entre le 18 mars et le 17 juin, puis 12 traitements de radiothérapie en juillet et en août sont venus à bout du cancer de stade 4. Corinne a entrepris son deuxième secondaire au Collège Marie-de-l'Incarnation en septembre, et a recommencé à jouer au basketball en décembre.

Enseignante en éducation physique, Valérie Gauthier a perdu sa mère subitement en 2008, probablement de complications d'un cancer qu'elle avait combattu une vingtaine d'années auparavant. «Au décès de ma mère, je me suis rendu compte que la vie était fragile. J'ai redoublé mes envies de tout faire et de relever des défis. Je me suis inscrite à un demi-marathon. Je n'avais jamais couru de ma vie!»

Mme Gauthier s'est par la suite impliquée dans différentes causes. Elle a notamment participé à la première édition du défi des Demois'Ailes en 2013, une course à relais entre Toronto et Trois-Rivières en soutien à la maison Le Far, dédiée aux femmes victimes de violence.

«Après coup, je constate que ça a été un gros plus dans ma vie de réaliser ce défi-là, parce que peu après il a fallu que je sois solide pour affronter ce qui s'en venait. J'ai complété le défi pour les femmes violentées, mais ça m'a aussi montré que j'étais assez forte pour passer au travers un grand défi physique, et que quand on veut, qu'on persévère et qu'on y croit, tout est réalisable.»

Valérie Gauthier et son époux Benoît St-Jacques, aussi enseignant, ont accompagné Corinne à ses traitements tout en continuant de prendre soin de leurs deux autres enfants. Corinne a fait preuve d'une attitude remarquable. Elle a entre autres tourné une vidéo illustrant une journée de chimiothérapie, en trouvant le moyen d'y ajouter de l'humour. Elle a aussi remis 800 $ à Leucan en vendant des bandeaux. Une page Facebook avait été créée pour suivre son cheminement vers la guérison.

La jeune fille a tenu à participer au Relais pour la vie en juin 2014. «Sur Facebook, plein de gens écrivaient qu'ils la trouvaient inspirante. On avait des messages vraiment incroyables. Quand le Relais est arrivé, Corinne venait de finir un traitement de chimio. Elle savait que plein de gens marcheraient pour elle, alors elle m'a demandé de l'amener pour aller marcher avec eux.»

Quand Corinne fut approchée pour être porte-parole du Relais 2015, elle a tenu à ce que sa famille soit avec elle, en considérant que ses parents, son frère et sa soeur avaient aussi subi les inconvénients de sa maladie. Le Relais pour la vie vise à appuyer ceux qui traversent la maladie, célébrer les survivants et rendre hommage à ceux qui ont perdu leur combat.

Pour la famille St-Jacques-Gauthier, l'élément célébration est en tête de liste. «J'ai fait le 24 heures à Tremblant, j'ai fait le Mouille-toi pour le cancer, soit 12 heures de natation. À tous les événements qui me permettent de le faire, je remercie la vie. Tant que je vais pouvoir, je vais donner. On a eu de l'aide. Maintenant c'est à notre tour de donner. Je souhaite vraiment que la façon avec laquelle on est passé au travers tout ça donne espoir, encourage les gens», conclut Mme Gauthier. Des Relais pour la vie auront lieu à Trois-Rivières et Shawinigan le 6 juin, et à Bécancour le 20 juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer